lion+only+lyonL'actualité de LYon en France avec LYonGoogleNews...
Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv
Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss

Faut-t-il créer une "légion" pour sécuriser les centrales nucléaires ?

vendredi 17 février 2012

Pierre-Jean Charra se présente comme "Ingénieur Centralien option Nucléaire et diplômé d'un Master of Science de l'Université de Berkeley en Nuclear Engineering". Ce "spécialiste" qui doit aussi être adepte de la série télévisée 24h chrono vient de lancer sur internet un appel citoyen après l'incursion spectaculaire de militants de Greenpeace  dans plusieurs centrales françaises.
Lui qui se défend d'être anti-nucléaire pointe du doigt les failles de sécurité concernant le risque terroriste et milite pour la création d'un "Green Peace" professionnel et officiel, constitué de militaires surarmés chargés de sécuriser l'ensemble des réacteurs français !
"Pour sécuriser les centrales, il faudrait  au moins 10 gendarmes en permanence pour chaque réacteur et surtout créer une légion nucléaire chargée de tester et mettre en défaut les systèmes de sécurité existants pour les améliorer en permanence", assure Pierre-Jean Charra.  Depuis 2001, 40 gendarmes armés et formés par le GIGN sont affectés à chaque centrale... "mais avec en moyenne 3 réacteurs par site, comme ils doivent être présents 24h/24, cela fait au maximum 2 ou 3 gendarmes en permanence à chaque instant par centrale (par réacteur) sans compter les congés, les maladies etc." .  

"Il y a urgence et chaque minute compte". 
Même si le gouvernement a pris conscience du danger et fait de son mieux pour améliorer cette sécurité, la solution est pour l'instant, selon notre spécialiste, "largement insuffisante". Il estime nécessaire, pour les sécuriser en profondeur, de mettre les centrales civiles, qui sont un objectif militaire évident en période de risque terroriste, "sous contrôle militaire permanent avec des effectifs quintuplés, des mitrailleuses ou des bunkers internes à des points stratégiques renforcés et protégés : salle de contrôle, salle du réacteur etc."
De plus, "afin d'éviter à GreenPeace de le faire en amateur", il demande la mise en place  d'un corps d'armée différent de la Gendarmerie, une "Légion nucléaire qui aurait pour mission de tester et essayer de mettre en défaut par tous les moyens les systèmes de sécurité". 
Quant au coût d'une telle sécurisation militaire des centrales, Monsieur Charra a une réponse toute trouvée : "il sera sûrement beaucoup plus faible que celui d'un à cinquante-huit réacteurs qui explosent"... 
Et puis l'Union Européenne devrait au moins co-financer le dispositif de protection qui pourrait s'étendre à toutes les centrales européennes... car si Fessenheim explose, les Suisses et les Allemands en profiteront au moins autant que nous, les nuages radioactifs étant de grands voyageurs !
G.R.
(redaction@lyonenfrance.com)
------------------------

En ce moment sur nos sites

 
 

Temps libre - Tourisme - Voyages -