Accéder au contenu principal

Déchets : Lyon Métropole réorganise la collecte

La Métropole de Lyon assure sur l’ensemble du territoire la collecte des ordures ménagères (bacs gris) et la collecte sélective (bacs verts).
Adopté par un vote lors du Conseil communautaire du 10 novembre 2016, le nouveau marché de collecte se traduit par une réorganisation du ramassage sur le territoire métropolitain :
La société PIZZORNO collectera Lyon (3e), Lyon (6e), Lyon (8e), Bron, Villeurbanne et Vaulx-en-Velin.
La société SUEZ collectera Lyon (1 er), Lyon (2 e), Lyon (4 e) et Lyon (7 e)
La société NICOLLIN collectera Lyon (5e), Lyon (9e) et Tassin-la-Demi-Lune
La régie directe de la Métropole de Lyon collectera toutes les autres communes
La flotte des bennes à ordures ménagères des prestataires et de la Métropole comprendra progressivement en majeure partie des véhicules roulant au Gaz Naturel de Ville marquant ainsi la volonté forte de s’inscrire dans une démarche vertueuse.
Ce marché comprend :
─ la collecte sélective en porte à porte des recyclables (journaux et emballages …

TCL : Lyon expérimente un couloir bus dynamique en fonction des embouteillages...


  La Métropole de Lyon doit faire face, comme toutes les grandes métropoles européennes, à des enjeux majeurs en matière de mobilité des personnes et des biens.   Sa politique en la matière repose sur plusieurs volets : Des alternatives crédibles à la voiture individuelle (1 milliard d’euros investis par mandat dans les transports en commun, 1,7 millions de voyages quotidiens, 132 lignes de bus, pôle d’échanges multimodaux, Vélo’v, plan modes actifs, covoiturage, autopartage…) 

De l’information voyageur multimodale (Onlymoov et Optymod’Lyon) 
La tarification intégrée de la mobilité avec le déploiement du Pass urbain
La régulation du trafic routier  

 La Métropole souhaite encore améliorer la performance du réseau de transports en commun de surface. Pour cela, elle développe depuis plusieurs années, en partenariat avec le Sytral, une politique de déploiement de couloirs bus axée sur la mise en place de linéaire. Aujourd’hui, ces couloirs bus s’étendent sur une longueur de 109 km et permettent d’augmenter la vitesse commerciale des bus.  

Afin d’améliorer encore ces performances, depuis le 1er janvier 2017, le couloir bus dynamique consiste à passer d’un partage spatial à un partage temporel de la voirie concernée.
   Le principe du couloir de bus dynamique consiste à affecter, temporairement, une voie de circulation générale aux bus. Cette affectation se fait par allumage de LEDs au sol et de panneaux de rabattement indiquant aux automobilistes l’attitude à adopter lorsqu’un bus est en approche. Cette expérimentation en grandeur réelle a pour objectif de concilier un niveau élevé de service pour les transports collectifs et l’écoulement du trafic automobile dans de bonnes conditions.   Elle permet d’augmenter la vitesse commerciale des transports en commun, y compris aux franchissements des carrefours, de fiabiliser le respect des horaires et la régularité et d’encourager le report modal de la voiture vers les transports en commun.   
Pendant trois mois (janvier 2017-mars 2017) sur l’avenue Lacassagne (Lyon 3e), l'expérimentation sera menée dans le cadre du Plan d’Investissements d’Avenir (PIA). Il est piloté par la Caisse des dépôts pour son caractère de réplicabilité.   
À l’issue de l’expérimentation, une évaluation sera menée pour étudier l’impact du dispositif sur la vitesse commerciale et le temps de parcours des bus, comparer les temps de parcours avant et après la mise en place du dispositif et évaluer l’effet du dispositif sur les flux automobiles et la congestion.