Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Le "grenelle de l´environnement" passe par Lyon

Que ce soit en matière de logement ou d´environnement, la ville de Lyon, et plus généralement la région Rhône-alpes concentrent les initiatives. Après le départ de Christine Boutin et de son ministère du logement décentralisé, c´est au tour du "Grenelle de l´environnement", autre initiative gouvernementale, d´attirer le feu des projecteurs.

Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes a déjà présenté une série de propositions de l´association des régions de France (ARF), qui ont été transmises au Ministre. Il annonce aussi la tenue de débats participatifs, au siège de la région Rhône-alpes, sur les thèmes abordés dans la négociation. De leur côté, nombre d´organisations écologistes et de mouvements militants annoncent un "contre sommet" qui sera organisé à Lyon le 6 octobre.
Qu´est- ce qu´un "Grenelle" ?Le mot lui-même vient des "accords de Grenelle", du nom de la rue dans laquelle se trouvait le ministère du Travail où ils ont été signés. Négociés durant la crise de mai 1968, par les représentants du gouvernement Pompidou, des syndicats et des organisations patronales, les accords de Grenelle, aboutissent essentiellement à une augmentation de 25 % du Salaire Minimum et de 10 % en moyenne des salaires réels, ainsi qu'à une baisse du temps de travail (40 h par semaine). Ils prévoient aussi la création de la section syndicale d’entreprise.
Une proposition de Nicolas Sarkozy
Conçue par Nicolas Sarkozy au cours de la campagne des présidentielles, l´idée d´organiser un grand round de discussion "du style Grenelle" sur les thèmes de l´environnement répondait à la pression de Nicolas Hulot, au cours de laquelle l´animateur de Tf1 menaçait de se présenter si les candidats ne prenaient pas des engagements clairs en faveur de l´environnement.
La fondation Nicolas Hulot
Selon le quotidien "Le monde", la fondation Nicolas Hulot a dores et déjà présenté ses idées sur le contenu d´un accord. Sa volonté est "de permettre aux consommateurs de s'adapter progressivement à la hausse du prix de l'énergie en privilégiant le plus tôt possible dans leurs choix quotidiens les solutions énergétiquement sobres". Il s'agit ainsi de réduire les consommations d'énergie en vue de parvenir à l'objectif français d'une division par quatre des émissions de gaz à effet de serre (facteur 4) à l'horizon 2050. La fondation veut "en finir avec l'ère du tout jetable" en privilégiant l'usage des biens plutôt que leur appropriation. Elle cite l'exemple des systèmes comme Vélo'v à Lyon, qui permettent d'utiliser un vélo sans devoir l'acheter. Elle propose le transfert d'une part croissante des subventions agricoles européennes vers l'agriculture de qualité - biologique, fermière, labellisée. Ceci permettrait selon elle "d'ouvrir un marché aux agriculteurs respectueux de l'environnement". Elle souhaite aussi "lancer une grande politique d'éducation et de sensibilisation à l'écologie et au développement durable".
Trente trois propositions des régions.

Jean Jack Queyranne, lui, a présenté 33 propositions qui s’inspirent des politiques déjà mises en oeuvre par les régions en matière d’environnement et de développement durable. Elles s’appuient toutes sur 3 exigences :
• Exigence de transparence
• Exigence de négociation
• Exigence de résultats
Il a annoncé par ailleurs que les régions créeront des comités de suivi des mesures qui résulteront du "Grenelle de l’Environnement". Le Président de la région Rhône-Alpes a rappelé l’urgence de prendre rapidement des décisions prioritaires : "un moratoire sur les OGM, la suspension des fermetures de gare fret et l’abandon des projets d’exploitation de l’or en Guyane". Enfin, Jean-Jack Queyranne a souhaité que les moyens soient à la hauteur des enjeux et des ambitions affichées par le gouvernement. "En aucun cas il ne s’agit d’augmenter la pression fiscale", a t´il dit, mais au contraire, de réorienter la fiscalité dans un sens favorable à l’écologie et au développement durable.
Une première rencontre régionale à Lyon.
Le samedi 29 septembre au Conseil régional Rhône-Alpes à Charbonnières, Jean-Jack QUEYRANNE a réuni tous les acteurs rhônalpins impliqués dans les enjeux du développement durable et de l’environnement. Ce grand rendez-vous de l’écologie rassemblait de grands témoins de ces enjeux environnementaux afin de débattre autour des thèmes : préserver la biodiversité et les ressources naturelles, instaurer un environnement respectueux de la santé, adopter des modes de production et de consommation durables…Parmi les grands témoins : le professeur Dominique BELPOMME , cancérologue à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, par ailleurs Président de la Société Européenne de Santé Environnementale. Il est l’un des initiateurs de « l’Appel de Paris », déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique. Patrick VIVERET , Conseiller à la Cour des comptes, ancien rédacteur en chef de la revue Transversales Science Culture, il est l'un des initiateurs du processus « Dialogues en humanité ». Il est aussi Président de l'Observatoire de la Décision Publique, association loi 1901, indépendante et autofinancée, ayant pour mission "de mettre au débat les politiques publiques, de les évaluer, de rechercher des solutions pour résoudre des problèmes de société complexes et de favoriser le lien entre la recherche et l'action". Hélène COMBE : depuis 1992, elle est engagée dans l'élaboration et l'évaluation des politiques publiques en matière d'économie solidaire et de développement durable dans les territoires. Elle est aujourd'hui Déléguée Générale de l'Observatoire de la Décision Publique.
Jean-Jacques BLANCHON, Directeur des programmes à la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme. Biologiste et écologue, Jean-Jacques Blanchon a travaillé pendant plus de vingt ans à la Ligue pour la Protection des Oiseaux. Il a rejoint la Fondation en 2005 pour participer à l'élaboration du Pacte écologique, et conseille Nicolas Hulot sur ces grands enjeux. Thierry SALOMON , Président de l'association Négawatt , Ingénieur Arts et Métiers, spécialisation en thermique à l'Université de Grenoble. Il est impliqué dans plusieurs opérations d'urbanisme engageant des démarches très novatrices en matière d'efficacité énergétique.
Un "contre-Grenelle"
Comme tout bon sommet, l´initiative de Nicolas Sarkozy aura droit à son contre-sommet, organisé à Lyon le 6 octobre par un collectif d´associations regroupées autour du journal "Le sarkophage", pour qui le Grenelle de l´environnement "n´est qu´une offensive du gouvernement Sarkozy pour vider l'écologie de son discours social, politique et philosophique." les premières mesures ne sont pas écolo-compatibles (défense des OGM, nucléaire, tout-routier). Les membres du collectif estiment que l´idée même du Grenelle de l´environnement "n'est pas sérieuse de la part d'un Président qui vomissait il y a quelques jours encore Mai 68 et ses accords de Grenelle" .
Sarkozy : 8,5/20 en environnement
Ils estiment aussi qu´elle n'est pas crédible de la part d'un chef d'État "dont le programme électoral lui a valu la note déplorable de 8,5/20 lors de l'évaluation réalisée par les ONG, aujourd'hui conviées à la table officielle et pourtant peu soupçonnables de nourrir des logiques d'extrême-gauche, regroupés au sein de l' « Alliance pour la planète ». "

Commentaires

Polemikvictor a dit…
Et la fete continue, on fait des propositions ,on fait des contreprositions....Personne n’estime que la premiere chose à faire est de se mettre d’accord sur une methodologie sérieuse, de se fixer des priorités des objectifs chiffrés et des moyens de mesures. Chacun veut défendre sa mesurette. Comportement de ringards, résultats de rigards...
Am. a dit…
Bonne remarque. C’est comme ça qu’on se rendra compte des bénéfices d’une diminution drastique du budget du ministère de la défense. Il faut faire des économies d’énergie là où on en dépense le plus pour pas grand chose.
Quelqu’un a-t-il mis sur la table de ce Grenelle la consommation en essence et kérozène de l’armée française ?

Autre sujet: diminuer les déplacements en rapprochant les domiciles des lieux de travail ou des commerces ou des tribunaux d’instance (tiens , là, le gouvernement veut faire tout le contraire...)

Am.
Denis a dit…
les synthèses des groupes de travail nationaux sont maintenant en ligne :

http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/spip.php?article171
Judel a dit…
certains irresponsables ,farfelus ,utopistes de l'écologie ont tout de
meme compris que le grenelle où ils ne sont pas conviés est fait pour
écouter des personnes responsables, compétentes et raisonnables.....

ridiculisez vous une fois de plus par des propositions sans suite
possible.... ! ! !.
Am. a dit…
Il y a des pays très responsables qui ont un budget de l'armée bien plus
faibles que le nôtre, si c'est ce point là qui vous dérange.

Une méthodologie sérieuse repose d'abord sur des données quantitatives.
Un vol aller et retour Paris-New-York dans un Airbus consomme autant qu'une
voiture en un an. C'est bien joli de rogner difficilement 5% de
consommation individuelle en voiture, n'est-il pas beaucoup plus efficace
de diminuer les voyages d'avion ? A commencer par ceux qui transportent peu
de passagers.

Quant à se gargariser d'être "des personnes responsables, compétentes
et raisonnables", comme celles qui nous ont soumis à la concurrence libre
et non faussée, on a vu ce que ça a donné pour le frêt ferrovière...

Am.
polemikvictor a dit…
une bonne methodologie, impose de ne pas préjuger des solutions
Foudebassan a dit…
Sauf erreur de ma part, cette réunion au CR Rhône-Alpes ne fait partie
des rencontres officielles proposées par le Grenelle de l'environnement.
C'est à Annecy le 12 octobre.
http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/spip.php
?article139

Quant au collectif d'associations, avec les mêmes j'imagine que ceux qui
se sont opposés à la venue de Sarkozy sur Lyon, peut-être feraient-ils
mieux de s'occuper sérieusement d'environnement plutôt que de nous
bassiner avec leur Anti-Sarkozysme primaire.

Articles les plus consultés :