Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Les responsables des Caisses d' Allocations Familiales en colère

Acteur majeur de la solidarité nationale, la branche Famille de la sécurité sociale est financièrement bénéficiaire !
La politique familiale de la France est souvent donnée en exemple et se traduit d' ailleurs par un taux de natalité supérieur à la moyenne européenne. C' est pourquoi les présidents des Caisses d' Allocations Familiales de toute la région Rhône-Alpes/ Auvergne*, réunis à Lyon cette semaine, ont tenu à marquer leur opposition aux projets du gouvernement de "se servir" dans cette caisse. Plus généralement, ils aimeraient être consultés avant toute réforme de la politique familiale.


Une gestion paritaire syndicats/ patronat
Pour comprendre le financement des allocations familiales, il faut savoir que leur gestion a été "sortie" des comptes généraux de la "sécu" . La Caisse nationale (CNAF) est aujourd' hui une tête de réseau qui pilote, sur tout le territoire, des caisses locales (CAF) gérées paritairement par le patronat et les syndicats de salariés.

L' action sociale et familiale sur tout le territoire
Chaque Caisse locale (il y en a 123 en France) prend en charge les prestations légales et développe l' action sociale familiale sur son territoire. Elle travaille en coordination avec les conseils généraux pour la gestion du RMI et des centres sociaux par exemple. Elle attribue aussi les bons vacances, les allocations de rentrée scolaire ou les allocations logements.

Pour Marc Tixier, président de la CAF de Lyon, cette gestion paritaire est "un gage de sécurité et d' équité pour les familles". Elles doivent savoir que les "politiques" n' interviennent pas directement dans la gestion des CAF. Celà leur garantit une égalité de traitement et les éloigne du "clientélisme". Les dirigeants de la CAF représentent tout le monde et pas seulement leur territoire ou leur canton !

Les prestations n' ont pas suivi l' inflation
Mais les réformes successives, réalisées ou annoncées, font craindre une intervention de plus en plus lourde du politique dans la gestion des allocations. "La diminution des prestations financières aux familles est déjà entrée dans les faits". Cette année par exemple, la revalorisation des prestations n a pas suivi l' évolution de l' inflation des douze derniers mois. De même, d' après l' Observatoire de la Conjoncture Economique, si le coût de la vie a augmenté considérablement depuis vingt ans, les prestations ont tellement été "condensées" que le pouvoir d' achat des familles a baissé de 33 % depuis 1984 ! Alors pourquoi ne pas utiliser les excédents réalisés pour rattraper ce retard ?

La ministre devrait "s' imprégner de ses dossiers" avant de faire des déclarations
Les présidents des CAF de Rhône-Alpes / Auvergne ont donc décidé de sortir de leur réserve pour marquer fortement leur mécontentement. Ils s' insurgent contre la politique des "petites" annonces faite par le gouvernement qui, mises bout à bout, traduisent une remise en cause générale de la politique familiale !
Ils demandent à leur ministre de tutelle, Nadine Morano, de prendre le temps de "s' imprégner de ses dossiers" avant de faire des déclarations sur des sujets "qu' elle ne maîtrise pas encore" et l' invitent à faire des visites de terrain, "pas seulement dans la région parisienne".

Non à la stigmatisation des familles pauvres
Ils refusent que les familles pauvres soient "stigmatisées". Selon Marc Tixier, "Il ne se passe plus une semaine sans que les CAF reçoivent un courrier les appelant à lutter contre les fraudes... Celà traduit une méconnaissance totale de notre fonctionnement... Nos services contrôlent systématiquement les allocations versées, mais comme il s' agit de gens pauvres, nous ne pouvons faire que des contrôles à postériori".

La règle de trois de Michel Mercier
Alors que les CAF des autres départements disent travailler en très bonne intelligence avec leur conseil général, celle du Rhône connaît des tensions avec le Président du département . Michel Mercier a voulu montrer qu' il sait compter. En posant une question ingénue : Pourquoi l' enveloppe versée aux RMistes n' a t' elle pas diminué en 2007 si le nombre de RMistes a baissé ? Mais là aussi, si poser une telle question peut produire un effet "politique" celà insinue un doute sur la gestion des caisses ou l' honnêteté des demandeurs. Selon le président de la CAFAL, les divergences avec le Conseil général se sont terminées au Tribunal Administratif. Verdict dans les prochains jours.

* Les CAF de Lyon, Valence, Grenoble, Bourg en Bresse, Clermont Ferrand, le Puy, Annonay, Roanne étaient présentes



Commentaires

Communiqué a dit…
Le député maire de Vénissieux André GERIN a réagi aux annonces du gouvernement en envoyant une question écrite :
Dans cette lettre, il "attire l’attention de Madame la secrétaire d’Etat chargée de la famille sur les conséquences des décrets entrant en vigueur le 1er mai prochain et mettant en cause la majoration du montant des allocations familiales pour les adolescents.
Actuellement, les familles perçoivent 34 € de plus au onzième anniversaire de leur enfant, puis 60 € au seizième.
A partir du 1er mai, ces règles seront modifiées. Une majoration unique de 60 € interviendra à l’âge de quatorze ans.
Ainsi sur l’ensemble des versements accordés entre le onzième et le dix-huitième anniversaire, les familles perdront près de 600 € par enfant.
Les prestations versées au cours de ces sept années d’adolescence s’élèvent aujourd’hui à 3475 €. Elles passeront à l’avenir à 2800€.
L’actuel dispositif et le double bonus venaient en aide aux parents au moment où leurs enfants atteignant un âge où les dépenses consacrées aux études, à l’habillement et aux loisirs s’alourdissent.
La mesure prévue portera donc un coup supplémentaire au pouvoir d’achat des familles, déjà lourdement mis à mal par la flambée des prix et diverses mesures gouvernementales.
Le conseil d’administration de la caisse nationale d’allocations familiales a fait part de sa vive insatisfaction.
Ce mécontentement se justifie d’autant plus que déjà les prestations familiales ne feront l’objet, en 2008, que d’une revalorisation de 1 %, très en deçà de l’inflation.
Le député demande donc à Madame la secrétaire d’Etat chargée de la famille de bien vouloir reconsidérer cette disposition".
Bulgroz a dit…
« Acteur majeur de la solidarité nationale, la branche Famille de la
Sécurité sociale estfinancièrement bénéficiaire ! » dit le sous titre de cet article.
Oui, elle est bénéficiaire,en 2007 mais il n'aurait pas été pas indécent de donner des chiffres.
La branche famille estbénéficiaire de 156 millions d'Euros en 2007 et que tous régimes confondus (maladie, vieillesse, famille), le résultat est déficitaire de 9,5 millards.
http://www.securite-sociale.fr/chiffres/ccss/notesconj/conj200804.pdf
Le dernier rapport de la Commission des comptes de la sécurité sociale de Septembre 2007 tablait pour un déficit de cette branche à 0,5 milliards pour cette même année 2007.page 11 de ce rapport au :
http://www.securite-sociale.fr/chiffres/ccss/2007/ccss2007.htm
A 3 mois de distance, les experts chargés du contrôle des comptes de la SS se sont gourré de 0,6 miliard d'Euros !!.
Ce qui montre l'imprévisibilité de ces comptes à 3 mois de distance et
relativise la significativité des résultats.
Rappelons que la branche famille était déficitaire de 0,9 milliards en 2006 et 1,3 milliard en 2005.
Donc sur les années 2005-2007, le résultat cumulé de la branche famille est déficitaire de 1,7 milliard.
On n'a pas entendu les présidents des Caf dirent « touche pas à mon
déficit !! »
Notons aussi que le déficit toutes branches confondues est de 9,5
milliards en 2007 (-8,7 en 2006 et -11,6 en 2005).
Pas de quoi pavoiser donc.
Les présidents de Caisses d'Allocations Familiales qui crient « touche pas à mon bénéfice » ne sont pas propriétaires des fonds qui sont
structurellement déficitaires.
impots-utiles.com a dit…
la caisse d'allocations familiales a simplifié les démarches
administratives pour 2008 ... plus besoin de déclaration !!
http://www.impots-utiles.com/caf-silmplifiee-en-2008.php
Idyllique a dit…
Quelle honte ! Ces A croire que ces familles pondent des enfants pour toucher au pactole des aides de l'Etat !! ? Elles osent manifester pour maintenir une des politiques sociales qui nous ruine ! En effet, au 21ème siècle on pourrait penser que la rémunération des utérus a vécu !
Cette politique nataliste est dépassé un résidu malsain du pétainiste et qui s'étend à toutes les classes sociales !
Faire des enfants n'est pas une obligation ! En faire est un choix
personel que l'on se doitd'assumer et non compter sur la collectivité pour en supporter tous les frais !

Articles les plus consultés :