Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Vol d´explosifs à Corbas : le Premier Ministre répond à André Gérin

Dans un courrier adressé à la Ministre de l´intérieur le 21 juillet 2008, le député du Rhône André Gérin s´inquiétait du vol de 28 kilos d’explosifs sur le site de la sécurité civile de Corbas, dans sa circonscription.

C´est Premier Ministre François Fillon qui vient de lui répondre qu´il avait pris bonne note de sa démarche et qu´il demanderait... à Michelle Alliot Marie "de lui apporter directement les éléments répondant à ses attentes".


Le député indiquait dans son courrier que les produits dérobés (28 kilogs de Semtex !)"étaient stockés à cet endroit probablement depuis le début de l’année sans autorisation, ni surveillance".


Un explosif "idéal pour les terroristes"
Le Semtex est un explosif de type brisant possédant une forte propagation. Il peut se ranger aisément dans une valise et son absence d’odeur le rend difficilement repérable par les chiens spécialisés. Quelques centaines de grammes de ce produit ont provoqué le 21 décembre 1988 au-dessus du village de Lockerbie en Ecosse, l’explosion d’un Boeing 747 de la compagnie américaine Panam entraînant la mort de 270 passagers.
"Le Semtex constitue donc une arme idéale pour les terroristes. Cela donne la mesure de la gravité de l’événement" rappelle André Gérin, qui demande au gouvernement de répondre à plusieurs interrogations essentielles :
"Le Préfet délégué à la sécurité et à la défense du Rhône nous dit qu’un dossier d’autorisation de stockage était en cours d’instruction. Qui a donc pu prendre la décision d’entreposer les explosifs à Corbas sans y être autorisé ? Comment ont-ils été acheminés ?


Comment est-il possible que des explosifs demeurent sans surveillance, ni contrôle alors que le plan Vigipirate est toujours activé sur le territoire national ?
L’inspection des poudres et explosifs dépendant du ministère de la défense est chargée de contrôler les produits, leur sécurisation et les lieux d’entreposage. Comment ont-ils pu quitter l’endroit où ils se trouvaient à l’origine pour rejoindre le Fort de Corbas sans que le ministère de la défense en soit avisé ?
La région Rhône-Alpes dispose de lieux autorisés et contrôlés, dont Vénissieux. Pourquoi n’ont-ils pas été stockés dans ces lieux-là ?
Enfin, ceux qui ont dérobé les 28 kilos d’explosifs avaient semble-t-il des informations de première main, que ni le préfet, ni même le maire de Corbas ne possédaient. Comment ont-ils pu être informés ? ".



Des questions essentielles auxquelles la Ministre de l´Intérieur devrait répondre, nul n´en doute, très prochainement !


utiliser comme Page de Démarrage

Commentaires

Articles les plus consultés :