Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Cécile Duflot à Lyon : "l'OL Land est un projet d'un autre siècle !"

La secrétaire nationale des Verts, Cécile DUFLOT, était à Lyon ce lundi 13 octobre. En pleine préparation des listes pour les élections européennes de juin 2009 et à deux mois seulement du congrès du Parti écologiste, elle désirait faire le point avec les médias et les militants sur les projets et les objectifs des Verts dans la Région.
Consciente que les Verts sont souvent considérés comme "porteurs de mauvaises nouvelles", Cécile Duflot a tenu à indiquer qu'il n'était pas question pour son parti de se satisfaire "d'avoir eu raison avant les autres".
"Sur tous les sujets portés par les Verts, les autres partis se sont peu à peu positionnés sur nos idées", indique t'elle. "C'est bien sûr un sujet de satisfaction, mais face au réchauffement climatique, à la crise annoncée de la croissance, la faillite du capitalisme financier, aux pénuries d'énergie, à la crise alimentaire... les Verts sont porteurs de solutions et de propositions constructives et bien différentes de celles portées par l'UMP ou le PS"...
Les Verts doivent se faire entendre
Mais elle note que concrètement les choses sont compliquées : si les Verts sont associés aux exécutifs dans la Région, la Ville ou le Grand Lyon, ils ne sont évidemment pas majoritaires "et celà se sent dans les décisions" !
Sur bien des sujets, les écologistes ne sont pas d'accord avec les décisions prises par Gérard Collomb au Grand Lyon et Jean Jack Queyranne à la Région. Mais Etienne Tête s'oppose à la formule maintes fois répétée : "si on n'est pas content on se tait ou on démissionne". Selon lui, c'est de l'intérieur qu' il faut lutter et convaincre. "Nous ne sommes pas partisans de la révolution", indique Cécile Duflot, qui veut croire que sur bien des sujets le bon sens et la pression de l'opinion feront changer d'avis les présidents du Grand Lyon et de la Région Rhône-Alpes.
Le Grand stade, sujet de toutes les polémiques
Hasard du calendrier, Jean Michel Aulas, patron du club de football de l'Olympique Lyonnais, réunissait le même jour au Grand Lyon les "décideurs" pour son projet de Grand stade à Décines. Pour Cécile Duflot, ce projet est emblématique des dossiers montés "en dépit du bon sens". "Nous refusons de déplacer le débat sur tel ou tel emplacement pour un nouveau stade", indique t'elle. La demande des Verts est que soit discutée la politique même sous tendue par ce genre d'équipement "d'un autre siècle".
Et de poser les questions qui fâchent : "pourquoi faudrait t'il un Grand stade ? Nous savons que Gerland n'est jamais plein et que près de 20% des places sont rachetées par la collectivité ! Où est le débat sur l'opportunité d'un tel équipement privé surconsommateur d'énergie et d'argent public ?
Qu'on se le dise, "les Verts aiment le sport".
Que ce soit en terme de coûts ou d’accessibilité, les Verts veulent porter une véritable opposition politique au projet d'OL Land : "Les arguments d'aménagement du territoire vers l'Est de l'agglomération sont faux et opportunistes”, indique Cécile Duflot, rappelant qu'un équipement surdimensionné de ce type alimente des flux de circulation une fois tous les quinze jours mais ne représente absolument pas un facteur de développement pour les banlieues. "On nous sort toutes sortes d' arguments", s'insurge t'elle, "comme le fait que nous n'aimerions pas le sport..." "mais nous aimons le sport, nous avons dans nos rangs des fans de football, mais nous ne confondons pas sport et business, public et privé !"
"Gérard Collomb a été victime du syndrome Allendé"
Et s'ils ne sont pas entendus ? Etienne Tête ne veut pas y croire : il a déjà eu l'occasion de rencontrer en privé Gérard Collomb et de lui indiquer "qu'il est en train de franchir la limite légale". En investissant des fonds publics dans un projet privé puis en sous évaluant le prix des terrains vendus par la communauté à ce même projet privé, il s'expose à des difficultés "y compris dans le domaine judiciaire". Mais il compte encore sur les amis socialistes du Président du Grand Lyon pour "lui faire entendre la voix de la raison".
"Gérard Collomb a été victime du syndrome Allendé", analyse l'élu Vert : "il a cru que les entrepreneurs ne le laisseraient pas gouverner si il ne leur donnait pas des gages, mais entre donner des gages de bonnes intentions et leur laisser les clés de la maison, il y a un pas qu'il ne devrait pas franchir"...


Gilles Roman
(redaction@LYonenFrance.com)

Commentaires

Anonyme a dit…
Le fait d'abandonner le projet de LY6 ne résout absolument pas, au contraire, les questions d'accessibilité. L'investissement public en faveur d'un projet privé n'est pas acceptable.

A l'heure ou le contexte politique a changé et est sans précédent, alors que le Président de la République, Nicolas Sarkozy vient d'annoncer une garantie de 360 milliards d'euros. A Lyon, comme si nous étions sur une planète isolée, Jean-Michel Aulas et Gérard Collomb ne s'intéressent qu'au foot !

Une telle attitude parait comme une injure à tous ceux qui vont souffrir de la crise économique, c'est-à-dire une crise financière internationale et une crise des finances publiques.

L'idée même d'un stade de 62 000 places est déconnecté du contexte quand on imagine la baisse du pouvoir d'achat qui attend les citoyens lyonnais.

Les finances publiques doivent s'orienter sur des priorités sociales et environnement : hôpitaux, écoles, déplacements, personnes âgées,…

Monique COSSON
Secrétaire Départementale
Les Verts Rhône

Articles les plus consultés :