Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



La fondation Apicil remet ses prix de la "lutte contre la douleur"

La Fondation APICIL, dont le siège se trouve à Lyon, a pour objet la lutte contre la douleur, physique et psychique à tous les âges de la vie.
Pour la première fois cette année, cette fondation a lancé un appel à projets, doté de 300 000 euros, à répartir entre trois équipes lauréates. Trois projets qui contribueront à répondre à ses objectifs: "soulager la douleur par des techniques non médicamenteuses".

Grâce à l’engagement du Groupe APICIL, la Fondation qui porte son nom est l'une des plus riches de France. Elle dispose d’un capital initial de 9 millions d’euros qui, par le simple jeu des intérêts permet de payer les frais de fonctionnement ! Son budget opérationnel annuel est conséquent et lui permet de mener à bien de nombreux projets (voir dans LYon-Actualités "Santé mentale, la douleur des familles").
Le traitement des douleurs chroniques concerne aujourd'hui 30% des français
Le traitement de la douleur est devenu un enjeu majeur de santé et de société, en effet, la problématique de la douleur chronique concerne aujourd’hui prés de 30% des français. Médecins, personnels soignants, malades, familles, tous sont désormais conscients de l’importance d’une meilleure prise en charge de la douleur physique et psychique, et d’un accompagnement plus adapté des personnes en souffrance.

Les progrès scientifiques et les innovations techniques, associés aux efforts de formation des professionnels et de sensibilisation des acteurs ont déjà permis d’importances améliorations.

La Fondation, présidée par Monsieur Michel ANGÉ et dirigée par Nathalie AULNETTE, a été reconnue d’utilité publique en mars 2004. Elle s’engage aux côtés des organismes, publics ou privés du monde médical, des institutions ou des associations et accompagne des projets d’intérêt général.

La " journée mondiale de lutte contre la douleur"
Le 15 octobre dernier, à l’occasion de la journée mondiale consacrée à la lutte contre la douleur, la Fondation a lancé son premier appel à projet avec la volonté "de s’inscrire comme l’un des acteurs majeurs et impliqué auprès des établissements, des personnels soignants ainsi que des chercheurs, associations et professionnels mobilisés contre la douleur".

70 projets venus de toute la France
L'appel à projets, qui sera reconduit en 2009, s’adressait à toutes les équipes soignantes, médicales et médicosociales intervenant en milieu hospitalier, en institution ou à domicile, ainsi qu’aux associations de bénévoles et d’usagers. La Fondation souhaite avec ce concours "encourager et promouvoir de nouvelles pratiques, en permettant aux équipes ayant des idées novatrices pour soulager la douleur de les réaliser, de les faire connaître et de les généraliser".
Le jury était bien sûr composé de professionels de la santé, médecins, neurologues mais aussi philosophes, psychologues, spécialistes des soins palliatifs on encore généticiens.
Les trois projets lauréats :
Le 13 octobre 2008, en amont de la nouvelle journée contre la douleur, les prix ont donc été remis aux trois lauréats, le Docteur Philippe ROUSSEL, neurologue responsable du centre de la douleur de la Timone à Marseille et Monsieur Lionel DANY, psychologue Maître de Conférences en Psychologie Sociale à l'Université de Provence, pour leur projet d’étude sur l’évaluation bio-psycho-sociale de la douleur. Le Docteur Nadine ATTAL, Neurologue au Centre d'Evaluation et du Traitement de la Douleur, Hôpital Ambroise Paré - Unité INSERM U792, pour son travail sur l’efficacité de la stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement de la douleur chronique et enfin le Docteur Serge BOUZNAH, Médecin de santé publique, pour son travail sur le développement de l'unité mobile de consultation interculturelle de la douleur.
L' action exemplaire de l'unité mobile "culture et santé".
Spécialisée dans la prise en charge des patients migrants atteints d'une pathologie douloureuse chronique, l'association de Serge BOUZNAH et de Catherine LEWERTOWSKI, tous deux médecins, a pour nom "IPAOS Culture et Santé"

Le responsable du projet, le Dr Serge Bouznah, a participé activement dès 1988 à la création d’un des premiers services de médiation interculturelle en France. En tant que responsable et co-fondateur du Centre Georges Devereux (Centre universitaire d’aide psychologique aux familles migrantes – Université Paris 8 – St Denis) de 1992 à 1998, il a été, avec le Dr Catherine Lewertowski, à l’origine de la première consultation interculturelle ouverte aux équipes soignantes parisiennes rencontrant des difficultés dans l’accompagnement de patients migrants atteints de pathologies douloureuses chroniques.

Par ailleurs, ces deux médecins sont les promoteurs, au sein des services du Conseil Général de Seine Saint-Denis, d’un dispositif nouveau et original de médiation en protection de l’enfance, impliquant professionnels et familles en difficultés. Les médiateurs culturels intervenants dans le projet ont tous une expérience clinique affirmée dans le champ médical et social. Ils sont issus de milieux professionnels divers : psychologues, infirmiers, linguistes…

Huit centres hospitaliers de la région Ile de France sont aujourd’hui concernés, avec une possibilité de diffusion de l’action dans d’autres régions. Cette initiative est unique en France mais aussi en Europe. Elle fait l’objet d’un intérêt certain de la part d’équipes européennes de recherche intervenant dans le domaine interculturel.
Deux questions à Michel Angé, président de la Fondation APICIL :
Comment la Fondation APICIL est-elle financée ?« Le Groupe APICIL a doté la Fondation de 9 millions d’euros pour permettre son démarrage. En outre, il lui attribue chaque année un budget opérationnel conséquent, qui lui donne les moyens de mener à bien les nombreux projets validés par son conseil d’administration.
Par ailleurs, la Fondation APICIL a reçu en mars 2004 la reconnaissance d’utilité publique. C’est ce cadre juridique rigoureux qui garantit le sérieux de ses actions et la possibilité de recueillir des dons.
100% des sommes récoltées sont utilisées pour le financement des projets soutenus, les frais de fonctionnement de la Fondation APICIL étant couverts par les intérêts générés par la dotation initiale. »
Sur quelles compétences vous appuyez-vous ?
« Conscients de l’enjeu que représente la douleur, nous avons oeuvrés pour que la Fondation APICIL soit accompagnée au quotidien par des personnalités reconnues du monde médical. Elles composent le conseil scientifique et sont là pour appuyer le conseil d’administration, à travers un avis consultatif, dans ses choix et décisions. Nous souhaitons que la Fondation APICIL puisse mener à bien des projets ambitieux, novateurs et emprunts d’humanité afin de faire progresser dans l’esprit des soignants, comme dans celui des malades la nécessaire prise en compte de toutes les douleurs. »

Nathalie Aulnette est directrice de la Fondation APICIL
« La Fondation APICIL est aux côtés de ceux qui s’engagent pour soulager la douleur, tous les acteurs, toutes les douleurs. Elle effectue une veille sur les pratiques en cours et sur celles à encourager. Elle accompagne, soutient, agit, pour que toutes les douleurs soient atténuées.
Les connaissances scientifiques, les moyens financiers et humains, sont ainsi réunis pour faire progresser la lutte contre la douleur. Les causes de la douleur sont multiples, il apparaît nécessaire d’apporter des solutions variées. La Fondation est le starter qui permet la réalisation de projets innovants qui n’auraient sans doute pas vu le jour sans son aide.
Elle encourage la recherche et la pratique de techniques qui visent à soulager la douleur.»

Commentaires

Articles les plus consultés :