Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Retour sur l'année 2008 : Mars, la gifle !

Nous vous proposons ici la suite de la rétrospective de l'année 2008. Une actualité subjective vue de Lyon à partir des sites de LYonenFrance.

MARS
En marge du premier conseil municipal post élections, alors que le Maire était réélu par les conseillers, un incident émaillait la réunion. L´épouse du Maire, Caroline Collomb, giflait un journaliste de Lyon Capitale dans la cour d'honneur de l'Hôtel de Ville. Selon des journalistes présents, elle aurait reproché à Raphaël Ruffier "des articles publiés dans son hebdomadaire... dans lesquels il aurait notamment retranscrit des propos que Gérard Collomb avait tenus au cours d'une conversation privée, lors d'un repas à l'hôtel de ville".

Gérard et Caroline Collomb à la Préfecture le soir de la victoire
"Visiblement bouleversée, Caroline Collomb n'a pas assisté à l'élection de son mari", et s'est ensuite rendue dans les locaux du journal pour présenter ses excuses.
Economie, le chômage en hausse : Alors que le gouvernement venait de mettre en place un changement dans le mode de calcul du taux de chômage (plus restrictif dans la définition du terme de chômeur) celui-ci repartait tout de même à la hausse, l'économie continuait à donner des signes de ralentissement. L' Assurance maladie de Lyon organisait une conférence de presse pour annoncer "la chasse au gaspi". Politique, le temps des compromis : Au Conseil général, Michel Mercier était réélu de justesse à la présidence, sur fond d'accords dans les couloirs : le groupe socialiste devenait majoritaire dans l'assemblée mais les voix des deux élus radicaux faisaient pencher (temporairement?) la balance. Pendant ce temps au Grand Lyon, Gérard Collomb mettait la dernière main à la constitution d'un bureau pléthorique, avec pas moins de quarante vice-présidents, dont une partie issus de la droite.
Environnement, le Rhône malade du PCB : on apprenait que la pollution du Rhône aux PCB était bien plus grâve que ce qui avait été annoncé auparavant. L'ensemble des pouvoirs publics ne pouvait que constater l'étendue des dégâts et mettre en place des mesures de précaution pour empêcher la pêche et le mouvement des sédiments sur le fond du fleuve. La Secrétaire d'Etat à l'environnement mettait en place une commission. 

Commentaires

Articles les plus consultés :