Accéder au contenu principal

Biovision, pour des "sciences du vivant" plus humaines

Le forum Biovision de Lyon a quitté cette année les thèmes particuliers des "sciences du vivant" pour aborder le tournant des cleantechs, des industries de la chimie, de l'énergie et des technologies de l'environnement.

Ce forum qui cherche à tendre vers "l'excellence et l'international" a semble t'il réussi ce pari : "pas moins de 6 prix Nobel, plus de 180 conférences de haut niveau", se réjouit Gérard Collomb.



Quel intérêt pour la région de financer un forum international ?

Mais si, face au désengagement des financeurs privés, les collectivités locales comme le Grand Lyon, la région Rhône-Alpes et le département du Rhône financent de plus en plus ce forum, c'est aussi parcequ'elles en attendent des retours sur investissement. Selon Lionel Lassagne, Vice Président du Conseil Général du Rhône, le Département a intérêt à financer Biovision. "Non seulement nous sommes heureux de participer à une approche globale de soutien à la recherche et aux sciences du vivant, mais il faut aussi considérer l’impact en terme de valorisation du territoire qui est indéniable", assure-t'il.
Le budget de Biovision est en grande partie pris en charge
par les collectivités locales (source : GrandLyon.org)
Faire de Lyon et la région Rhône-Alpes un pôle international des biotechnologies
Le Département finance ainsi quatre projets de Recherche et Développement en infectiologie et cancérologie ainsi que le projet de cancéropôle CLARA et le bureau lyonnais de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chargé de mettre en œuvre le Règlement Sanitaire International. Il soutient par ailleurs des investissements immobiliers dans ce secteur pour que des acteurs essentiels dans ce domaine, des laboratoires, des centres de recherche, des entreprises de haute technologie se "fixent" à Lyon.
La recherche universitaire et le développement de PME spécialisées
Avec le projet Neurocampus., un centre de recherche régionale en neurosciences, le Campus Charles Mérieux qui va se développer dans le quartier de Gerland ou encore le pôle des nanotechnologies à Grenoble, la région se positionne comme un centre de réflexion, de recherche et de développement au niveau européen, voire mondial.

Une grande partie de l'aménagement du territoire, à Lyon, comme à Grenoble et St Etienne, est liée à ce positionnement stratégique pour favoriser l'installation d'industries à haute valeur scientifique et technologique.

Rapprocher les biosciences avec les sciences humaines.
Mais Biovision n'a pas que des amis : villipendé par les ONG et associations environnementales qui y voient une apologie de la marchandisation du vivant et des travaux sur la génétique, le forum a opéré ces dernières années un tournant. Une "ouverture" selon Philippe Desmarescaux, le "père" de Biovision. Il indique, dans un entretien avec le mensuel Acteurs de l'économie qu'il tient à conserver une envergure internationale à ces rencontres, "mais veille à assurer des retombées locales".

Bien vivre la villeCette année Biovision a donc ouvert ses débats aux thèmes des sciences sociales. A travers le thème de la ville et des défis de l'expansion urbaine, Philippe Desmarescaux a recentré les débats sur une échelle plus "humaine". Il s'agit de reconnecter le débat sur la recherche avec les nécessaires interrogations éthiques. Car "les sciences de la vie peuvent contribuer à la résolution des problèmes liés à l'expansion des villes".

Des conférences sur les personnes âgées ("vieillir dans les grandes villes"), le handicap (" stress urbain et maladie mentale") ont ainsi rejoint les thèmes abordés habituellement par Biovision : les recherches sur la santé, les maladies, l'alimentation et les sciences du vivant...

Commentaires

Christian G. a dit…
On aurait aimé dans l'article sur Biovision, et le bonheur des
collectivités locales à financer ce forum, une indication des sommes
engagées par ces collectivités.

Merci pour vos infos (on ne se manifeste que quand on n'est pas
content, c'est bien connu)
Christian G.
Vous avez raison Christian ; Nous avons fait une petite recherche et rajouté le tableau du financement de Biovision dans l'article ; le budget de Biovision 2009 est de 2844000€ (1944000 € en 2008). Pour la seule communauté urbaine du Grand Lyon, la somme allouée pour ce forum est de 930000€ (sur 2 ans) à la "Fondation scientifique de Lyon et du Sud Est" Le détail de la délibération est consultable ici
Les Verts a dit…
Biovision : un processus non démocratique !
Les Verts appellent à soutenir les interpellés au tribunal.
L'expression collective sur le domaine public est de plus en plus souvent réprimée par l’envoi et l'intervention physique des forces de police.

Le 9 mars 2009 les manifestants pacifiques, lors du forum Biovision ont été confrontés à un comportement injustifiable des forces de l'ordre.
Les arrestations inopportunes et incorrectes qui ont suivi ne sont pas acceptables.
Les Verts appellent au soutien des personnes présentées devant la justice
Mercredi 1er avril 2009 à 14h00,
Rassemblement pacifique devant les portes du palais.Les Verts dénoncent toute brutalité, toute agression, toute forme d'intimidation.
Les forces de police doivent reprendre un rôle de prévention pour la tranquillité publique et collective.
Rappelons que Biovision se prétend forum et lieu de débats, mais reste un cercle fermé, malgré le soutien financier important des collectivités locales.
Les biotechnologies intriguent et inquiétent, d'autant que leurs arguments ne sont très souvent qu'économiques et ne prenant pas en compte tous les aspect du développement durable, comme l'environnement, la biodiversité et la santé des citoyens.
Cette situation amène des citoyens à manifester leur désapprobation dans l'espace public comme cela est admis dans tout état démocratique.
Les Verts demandent la suspension du soutien financier des collectivités locales à des structures, telles que Biovision, tant que celles-ci ne favorisent pas des débats citoyens et n'attestent pas de garantie sérieuse et perrenne, pour la santé et la diversité.
Sylviane GOY, Yves DURIEUX
Porte-paroles
La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :
Booking.com

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

Arêtes de poisson : un espion italien éclaire l'un des mystères de Lyon

C'est sans doute l'une des énigmes les plus difficiles à résoudre de l'Histoire de Lyon : des galeries souterraines ont été mises à jour sur près de deux kilomètres. Mais rien ni personne n'avait été jusqu'ici capable de donner une explication à la construction de ces tunnels en forme d'arêtes de poissons qui courent du plateau de la Croix Rousse jusqu'au Rhône.
Une équipe de chercheurs, anthropologues et archéologues du service d'archéologie préventive de la ville de Lyon s'est attelée durant plusieurs mois à un long travail de cartographie de ce réseau. Il s'agissait pour une part de prévenir les éboulements en cas de nouveaux chantiers (en particulier le percement du deuxième tunnel sous la Croix Rousse). D'autre part, l'équipe d'historiens devait tenter de dater la construction et d'en comprendre la signification.
M.A.J 01/2018: une visite des fameuses "arêtes" par une équipe de France3 Un réseau mystérieux pour leque…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…