Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Lyon, St Etienne, Chambery, Grenoble... unis face à la crise !

Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, a réuni ce lundi 23 mars la conférence des exécutifs de la région – Présidents des Conseil Généraux, Présidents d’Agglomérations, Maires des Villes centres – pour coordonner les efforts des collectivités régionales sur les politiques de soutien à l’économie et à l’emploi.
L’Etat était représenté par le Secrétaire Général pour les Affaires Régionales, Marc Challeat qui a présenté un point exhaustif de la situation économique de la région. Et force est de constater que les départements de Rhône-Alpes, du fait de leur caractère industriel, sont particulièrement touchés par les effets de la crise économique.
Des difficultés de trésorerie dans les plus petites entreprises (de - de 11 salariés)
Au cours des derniers mois, 9% des dossiers traités par le médiateur du crédit - mis en place par le gouvernement au niveau national pour aider les entreprises en difficulté à négocier avec les banques - ont concerné la région Rhône-Alpes. Avec dans plus de 70% des cas, des Très petites ou petites entreprises.
Le plus souvent, OSEO (anciennement Caisse des dépôts) a bien rempli son rôle de "banque de l'Etat" pour amortir les problèmes de financements des PME.
90000 salariés touchés par le chômage partiel au cours des deux derniers mois
Mais cette mobilisation autour du crédit n'a pas pu empêcher une très forte augmentation du chômage. Entre janvier et février 2009, 90000 salariés de Rhône-Alpes ont ainsi été touchés par des mesures de chômage partiel ! Tous les secteurs industriels sont concernés, du poids lourds à la chimie en passant par la plasturgie...
Le plan de relance du gouvernement jugé "utile mais insuffisant".
Les élus des collectivités locales ont pu constater les effets positifs de la mesure phare du plan de relance : le remboursement anticipé de la TVA sur les investissements. 239 collectivités en ont déjà bénéficié. La Région Rhône-Alpes a ainsi reçu 42 M€ qu'elle a aussitôt mobilisé, selon Jean Jack Queyranne, "dans des investissements pour les économies d'énergie des lycées".
Les élus locaux de Rhône-Alpes ont rappelé l’importance de leurs efforts ( 3,5 Milliards d'€ en 2009) qui représentent les ¾ des investissements publics.
Des incertitudes sur les services du Pôle Emploi
Mais les collectivités locales restent inquiètes, en particulier par l'absence de mesures d'accompagnement de la part de l'Etat. Pour l'instant, les difficultés des citoyens se fixent sur les retards des services publics, en particulier le nouveau Pôle Emploi (regroupement des Assedic et de l'ANPE) qui n'assure pas sa fonction.
Les partenaires économiques et sociaux, syndicats de salariés et syndicats patronaux, ont également été invités à participer à cette conférence. Les syndicats eux aussi ont marqué leur inquiétude face au "risque d'explosion sociale" (lire l' article dans LYon-Economie.fr ).
Pour eux, il y a désormais urgence pour une action coordonnée et renforcée des secteurs public et privé.
Des pistes d'actions de la Région
Devant la crise qui frappe de plein fouet les citoyens et les salariés, le Président de la Région Rhône-Alpes a proposé plusieurs pistes de travail en commun : la coordination des dispositifs d’aide et de soutien à l’économie entre les différents partenaires, notamment en direction des PME, le développement des "clusters d'entreprises" avec des solutions spécifiques et adaptées pour les secteurs les plus touchés, comme l’automobile ou la plasturgie et le pilotage de nouvelles politiques de formation professionnelle.
La Maire de Chambéry Bernadette Laclais (photo), qui est deuxième Vice présidente déléguée aux formations professionnelles de la Région Rhône-Alpes, a annoncé de nouvelles aides aux missions locales et aux jeunes.
Le déclic de la confiance viendra par l'emploi massif des jeunes
Pour les élus régionaux en effet, le gouvernement n'a pas suffisament pris en compte le fait que le dépassement de la crise commence nécessairement par l'activité des jeunes. Car si tout le monde est d'accord sur la nécessité de soutenir les entreprises et d'investir fortement dans le BTP, la sortie du tunnel ne passera que par un retour de la confiance des citoyens. "Lorsqu'on donne un travail ou un stage à un jeune de 18 ans, c'est toute sa famille qui reprend confiance... lui, ses parents et même ses grands-parents", note le député européen (et élu de Grenoble) Bernard Soulage. Ceux là même qui disposent d'une grande part de l'Epargne des français et qui actuellement retiennent leurs dépenses... par peur de la crise.
Gilles Roman

Commentaires

france a dit…
Très intéressant , merci à tous

Articles les plus consultés :