Accéder au contenu principal

Rhône-Alpes, le CESR livre 5 scénarios pour le 21ème siècle

Déclin industriel et perte de cohésion ou développement équilibré de la société et des territoires ? Le CESR (Conseil Economique et Social de Région) a élaboré cinq scénarios pour l'avenir de la région Rhône-Alpes.
Ces scénarios ont été apportés au dossier qui sera analysé par les Conseillers Régionaux au cours de la séance pleinière du jeudi 26 mars.
La cohésion sociale en question
Le CESR se prononce entre autre pour le développement d' un enseignement professionnel de haut niveau. Plusieurs scénarios laissent apparaître des risques en matière de cohésion sociale. Selon ces scénarios, des investissements élitistes dans la formation et la recherche pour les hautes technologies créent une société duale. Des scénarios évoquent l’exclusion scolaire, l’exclusion sociale, les inconvénients d’une privatisation du système de formation. Face à ces risques, la section Prospective insiste sur la nécessité de rénover le pilotage du système de formation, en misant sur un enseignement professionnel de haut niveau, "dont a besoin le tissu des entreprises, en particulier industrielles. L’enseignement professionnel joue un rôle économique, mais est également un facteur d’inclusion sociale déterminant".

Scénario 1 « Cap sur l’intelligence et la cohésion »
Le premier scénario propose d'investir dans le capital humain : il décrit une Région qui, au tournant des années 2010, a choisi l’économie de la connaissance, a investi dans le capital humain et a opté notamment pour les nanotechnologies, les biotechs, les infotechnologies et les technologies cognitives, sans sacrifier son socle industriel.
Formation, recherche, innovation, économie sont connectées dans un écosystème actif. Les pôles d’excellence émergent sans faire d’ombre à d’autres secteurs. La formation est le ciment de la cohésion sociale, dans une Région au pilotage clair, partenaired’une « société civile organisée ». L’aménagement du territoire est cohérent dans une région « métropole », avec des villes en réseau, une protection de l’environnement et une éco-citoyenneté efficaces. La prospérité permet de lutter contre l’exclusion. Le contexte d’une évolution européenne dynamique dans un monde multi-polaire ou dans un climat international favorable au développement durable rend ce scénario plausible. Il est peu compatible avec une Europe « en panne » dans un monde multi-polaire ou dans un contexte de crise des ressources.

Scénario 2 « Chacun pour soi »
Des choix économiques élitistes et la démocratie participative mettent à mal la cohésion. Ce scénario imagine une région moins cohérente dont le tissu économique a été déchiré par la concurrence mondiale. Quelques secteurs, dont ceux qui ont été soutenus par certains pôles de compétitivité, ont tiré leur épingle du jeu pour le profit de grandes agglomérations. D’autres ont décroché et avec eux des territoires entiers.
Le dynamisme est concentré autour de Lyon et de Grenoble, avec une recherche en technologies de pointe richement dotée sans ouverture aux sciences humaines et sociales. La science décriée dans les années 2000 est coupée de la société. La Région prend peu d’initiatives, l’Etat reste désengagé, et la décentralisation se poursuit dans le désordre. Une démocratie participative généralisée brouille les cartes et renforce des pouvoirs locaux qui ne construisent aucune cohérence large. La société est duale : d’un côté, les travailleurs des secteurs «high-tech » et des seniors aisés, de l’autre la main d’oeuvre moins qualifiée des services à la personne. Le système éducatif produit de l’exclusion et la fracture sociale est aussi sanitaire.
Un contexte de « marché-roi » rendrait ce scénario plausible, et dans une moindre mesure, un scénario international de crises de ressources, de tensions, ou d’une panne de l’Europe.

Scénario 3 « Le spectre du décrochage »
Des visions de court terme mènent à l’appauvrissement. Ce scénario 3 imagine une région où faute d’innovation, de bons choix industriels, de stratégie publique, la compétitivité s’est érodée, le socle industriel effrité. L’économie a basculé dans la sous-traitance avec une main d’oeuvre vieillie dans une région moins attirante. L’emploi industriel a reculé au profit de l’emploi dans le résidentiel.
Quelques poches de compétitivité subsistent. Aucun éco-système territorial ne s’est développé entre formation, recherche et économie. L’image de la science même se dégrade. L’éducation est scindée entre public et privé, les aides allant aux individus.
Les élus répondent à des demandes immédiates, au profit d’une économie présentielle. L’Etat se désengage encore et éteint des incendies. Les compétences entre collectivités restent enchevêtrées. Sclérosée par une administration lointaine et peu lisible, la Région n’a pas les moyens de ses ambitions. Des territoires, presque tous en crise, s’appauvrissent. Les services à la personne se multiplient notamment pour les personnes âgées dont une proportion croissante souffre de précarité. La lutte contre l’exclusion est prioritaire mais elle manque de moyens. Les villes se sont mal développées, sans systèmes de transports collectifs, dans une société dirigée par la démocratie d’opinion. Il n’existe pas de politique foncière cohérente sur le territoire régional, qui est livré à la spéculation.
Un contexte international de « marché roi » ou d’Europe en panne serait propice au développement d’un tel scénario. Mais, en revanche, il risquerait moins d’advenir dans une Europe dynamique au milieu d’un monde multi-polaire ou dans une planète qui aurait mis le cap sur le développement durable.

Scénario 4 « Pari sur un secteur leader »
Concentrer les investissements sur un secteur leader high-tech mais une précarité qui persiste Pour ne pas être marginalisée, Rhône-Alpes a concentré des investissements sur un secteur leader au croisement des biotechnologies et des nanotechnologies qui entraîne l’ensemble de l’économie rhônalpine.La Région a bénéficié d’une décentralisation claire avec des moyens accrus. Elle peut compter sur une société civile organisée et sur le maillage des trois agglomérations principales (Lyon, Grenoble et Genève) bénéficiant d’un système de mobilité durable et d’une politique foncière dédiée au secteur leader. Cette concentration provoque des résistances d’autres secteurs et de la société, exclus de cette économie gagnante. Elle renvoie la charge de la solidarité sur les collectivités de proximité qui n’ont pas les moyens suffisants.
Rhône-Alpes est une région déséquilibrée : d’un côté, elle se développe, de l’autre la précarité persiste et sa gestion est déléguée à l’échelon local alors que le système éducatif continue à exclure.
Ce scénario peut se réaliser dans un contexte international de « marché roi », moins dans un contexte européen dynamique et un monde multi-polaire ou dans une stratégie mondiale de développement durable.

Scénario 5 « L’individu souverain »
Ce scénario imagine une région issue de la « République des sondages », stimulée par plusieurs « incidents écologiques » dans les grands centres urbains. Chacun se replie sur lui-même. Le « pouvoir des citoyens » s’exprime dans d’innombrables réunions qui n’aboutissent qu’à des convergences locales obsédées de considérations de proximité. Les dépenses sont concentrées sur le cadre de vie. Rhône-Alpes est divisée entre une région lyonnaise sûre d’elle-même et un sillon alpin qui joue sa carte, les autres territoires ayant décroché. A force de persuasion, des projets sont lancés, mais la Région accompagne surtout des projets locaux plus qu’elle n’en lance à son échelle. L’écocitoyenneté a fait de grand progrès et Rhône Alpes est attractive... pour un écotourisme européen.
Des secteurs d’excellence émergent, comme le jeu vidéo et son cortège de sous-traitants. Les secteurs industriels eux sont à la peine ou ont été délocalisés. Les refus de recherches sur les nanotechnologies, le nucléaire, les biotechnologies, ont poussé des laboratoires à quitter Rhône-Alpes.
Une population vieillie bénéficie de nombreuses prestations d’entreprises de services à la personne. La solidarité a du mal à être organisée pour prendre en charge une exclusion qui augmente. « Les cyberdons déclinent et le cyberespace est devenu le seul lieu d’échanges pour les plus démunis dans une société ou la solitude et le repli dominent ». Un contexte de « marché roi » rendrait cohérent ce scénario qui serait plus aléatoire dans d’autres contextes.

Quelles pistes d’action ? Pour piloter le devenir de la région, la section Prospective du CESR recense des leviers : la gouvernance, les activités, l’aménagement du territoire et la cohésion sociale.
Pour mettre en place les politiques, cette section du CESR invite les décideurs à "garder un oeil sur l’horizon mondial et à rester vigilants". L’exercice de prospective consiste à imaginer des objectifs, à cerner des écueils et à mettre au point des leviers de commande pour piloter. Avant de parler du pilotage il insiste sur l’attitude des pilotes, les décideurs. Le rapport souligne leur rôle : « Leur rôle est fondamental pour rassembler, convaincre, agir dans un cadre cohérent et collectif autour d’un objectif clairement affiché et des moyens pour l’atteindre ». Il est possible d’agir sur ces futurs possibles dès lors que « des femmes et des hommes partageant une même vision » sont en capacité de concevoir et de mener un projet d’envergure.
Pour bien piloter la région, il faut aussi avoir un oeil en permanence rivé sur l’international pour mesurer « chacune des décisions au regard de son adéquation à un environnement extrêmement complexe, variable et dont les changements sont de plus en plus brusques ». Enfin, pour préparer l’avenir, il faut en permanence rester dans une posture de veille.

Gouvernance : refuser que l’opinion l’emporte sur la société civile organisée
En matière de gouvernance, le rapport souligne les risques liés à un statu quo caractérisé par une concurrence entre collectivités, une gestion éclatée des dispositifs, une absence d’autonomie fiscale et une faible association de la société civile insuffisamment reconnue.
Le rapport estime risquée une gouvernance inféodée à l’opinion publique, qui impose une vision réduite principalement au cadre de vie, rivée sur le court terme et qui met à l’écart la société civile organisée notamment à travers les organisations d’employeurs, de salariés, les chambres
consulaires et le monde associatif. Le rapport suggère que Rhône-Alpes s’inscrive dans une expérimentation pour influencer l’évolution de la décentralisation.
Pour une politique industrielle large
Le risque majeur pour Rhône-Alpes est le déclin continu d’un socle industriel qui a déjà souffert. Une trop grande spécialisation sur quelques filières, comme les biotechnologies ou les nanotechnologies, pourrait générer de trop grandes disparités entre territoires. Un échec des pôles de compétitivité serait aussi lourd de conséquences, comme une absence d’échanges efficaces dans l’éco-système formation-recherche-entreprises.
L’absence de politique de transmissions d’entreprises entraînerait un appauvrissement du tissu d’entreprises. Le rapport met l’accent sur une politique régionale qui doit intégrer les services dans la recherche de compétitivité, en recherchant le maintien d’équilibres entre territoires.
Les établissements d’enseignement supérieur devraient être soutenus pour mettre en place des formations en lien avec les besoins des territoires.

Aménagement du territoire : la Région doit veiller aux cohérences locales
Des craintes, inspirées par une décentralisation encore confuse et des compétences croisées entre collectivités aux moyens insuffisants, s’expriment. Elles touchent aussi l’émergence de pouvoirs locaux, incapables d’organiser le territoire. Une Région trop faible, condamnée à financer par ses guichets des projets locaux sans visions : tel est le risque.
Pour éviter l’émergence de pouvoirs locaux agissant sans cohérence entre eux, la Région devrait au contraire, selon le CESR, "être chef de file, en jouant le rôle de charnière avec l’Etat, avec d’autres Régions". La Région doit absolument avoir un rôle déterminant au niveau des infrastructures et miser sur l’efficacité des partenariats « public-privé ».

Le débat du 26 mars dans le cadre de la démarche régionale de prospective "Rhône-Alpes 21" est public. Il se déroule à 15h00 au siège du Conseil Régional à Charbonnières.

Commentaires

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :
Booking.com

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

Arêtes de poisson : un espion italien éclaire l'un des mystères de Lyon

C'est sans doute l'une des énigmes les plus difficiles à résoudre de l'Histoire de Lyon : des galeries souterraines ont été mises à jour sur près de deux kilomètres. Mais rien ni personne n'avait été jusqu'ici capable de donner une explication à la construction de ces tunnels en forme d'arêtes de poissons qui courent du plateau de la Croix Rousse jusqu'au Rhône.
Une équipe de chercheurs, anthropologues et archéologues du service d'archéologie préventive de la ville de Lyon s'est attelée durant plusieurs mois à un long travail de cartographie de ce réseau. Il s'agissait pour une part de prévenir les éboulements en cas de nouveaux chantiers (en particulier le percement du deuxième tunnel sous la Croix Rousse). D'autre part, l'équipe d'historiens devait tenter de dater la construction et d'en comprendre la signification.
M.A.J 01/2018: une visite des fameuses "arêtes" par une équipe de France3 Un réseau mystérieux pour leque…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…