Accéder au contenu principal

Sans abris, vers le retour des "tentes rouges"

Alors que les associations d'aide aux sans abris indiquent que la situation des personnes pas ou mal logées a empiré ces dernières semaines, la Préfecture du Rhône a communiqué que l'Etat s'est engagé sur 1M€ supplémentaire pour la période hivernale.
Durant la fin de semaine, les tentes rouges sont réapparues "temporairement" Place Bellecour. L'Association des Don Quichotte, qui effectue un "tour de France du mal logement", voulait ainsi attirer l'attention du public sur une situation qui perdure.
Mais à Lyon, le préfet délégué pour l’Egalité des chances a déclaré récemment que des actions ont été engagées pour "améliorer et rénover l’ensemble du dispositif d’hébergement". Au-delà des 30,4 millions d’euros (+ 30,38 % par rapport à 2006) mobilisés en 2008 dans le Rhône pour l’hébergement, l’accompagnement social, le 115 et les équipes mobiles d’intervention, l’Etat aurait consacré 926 976 € au seul dispositif hivernal 2008/2009 (chiffre arrêté au 23 février 2009).
Des difficultés liées à l'augmentation des demandes d'hébergement
Cependant, la gestion de ce dispositif se heurte à certaines difficultés : l’augmentation des capacités d’hébergement a d'après les institutions, créé un appel d'air et "fait émerger des demandes nouvelles". Ainsi, parmi les personnes hébergées à l’hôtel, 4 sur 10 étaient inconnues du 115 du Rhône avant le 25 décembre.
Par ailleurs, certains demandeurs n’ont pas donné suite aux offres d’hébergement qui leur étaient faites. Ainsi, la Préfecture regrette qu'entre le 26/12/2008 et le 22/02/2009, 136 personnes ne se sont pas présentées aux hôtels où une chambre leur avait été réservée (le coût d’une chambre est en moyenne de 45€), de même que 669 personnes ne se sont pas présentées dans les foyers.
"Pendant cette période, alors que des moyens humains et financiers importants étaient mobilisés, 805 personnes n’ont pas donné suite à l’offre d’hébergement qui leur avait été faite", s'est plaint le Préfet.
Une réduction des offres d'hébergement en hôtel
Ce constat a amené les pouvoirs publics, à "moduler temporairement les offres d’hébergement en hôtel (hormis les périodes de grand froid) afin de réguler le dispositif, dans un souci de bonne gestion des deniers publics". Selon la Préfecture, cela ne remet naturellement pas en cause l'engagement pris le 31 décembre dernier de satisfaire toutes les demandes d'hébergement régulées par le 115.
Augustin Legrand, le populaire représentant de l'association des Don Quichotte, qui était à Lyon ce week-end, ne se satisfait évidemment pas de ces solutions temporaires. Il a annoncé une nouvelle mobilisation nationale des mal logés et de leurs défenseurs pour le 15 mai si d'ici là les pouvoirs publics ne font pas d'offre raisonnable pour solutionner ce problème. (

Commentaires

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

A Lyon, une ONG propose des soins dentaires et ophtalmologiques gratuits

Créée à Lyon en octobre 1995, France humanitaire a pour objet de réunir tous moyens et compétences pour aider les populations en difficulté en France et à l’étranger .


Les pathologies dentaires et ophtalmologiques, parce qu’elles atteignent directement l’apparence extérieure, représentent souvent un obstacle majeur àl’insertion sociale et professionnelle.

Cette atteinte amplifie la perte de confiance en soi, la désespérance, et transforme le regard des autres en une épreuve qui amplifie encore la tendance de la population concernée à s’exclure elle-même de tout dispositif. Parce que l’absence de soins est souvent l’une des premières étapes de la spirale de l’exclusion, cette organisation participe à l’accès aux soins des personnes les plus démunies, essentiellement dans les domaines dentaires et ophtalmologiques, grâce à une équipe de 400 bénévoles qui interviennent en France et à l’étranger.
A LYON un cabinet ophtalmologique a été installé, au siège de la délégation. Les consultatio…

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…