Accéder au contenu principal

Le SGEN CFDT "déçu" de sa rencontre avec la ministre

Le 7 septembre, une délégation du Sgen-CFDT a été reçue par la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse. Dans un communiqué, les enseignants se déclarent "déçus" par cette rencontre.


Le Sgen indique avoir rappelé l’inquiétude des personnels qui s’était notamment traduite par les mouvements importants de la dernière année universitaire... Il a réclamé de la part du ministère "une grande ambition pour l’enseignement supérieur et la recherche" en particulier par l'intégration de ce secteur dans les bénéficiaires du "grand emprunt" annoncé par Nicolas Sarkozy.

Les nombreuses préoccupations des enseignants
Le syndicat s'est déclaré préoccupé par le plan licence et la réussite des étudiants, par la "nécessaire réforme" de la loi LRU, par la formation tout au long de la vie, le budget des universités, la mise en œuvre de l’équivalence TD-TP, le problème des maîtres de conférences recrutés entre 2006 et 2008 qui voient leurs collègues nommés en 2009 reclassés à la suite des mesures de revalorisation à un échelon supérieur au leur, la masterisation ...

Même si il salue le "discours assez offensif" de la ministre sur le plan de relance (717 millions seraient consacrés à l’enseignement supérieur et à la recherche) et sur le grand emprunt, le syndicat note que "la ministre a refusé les modifications nécessaires à la loi LRU comme le contrôle des pouvoirs trop importants des présidents et le mode d’élection du Conseil d'Administration... elle a également refusé une modification de l’ANR et une présence plus importante d’élus dans le fonctionnement de l’AERES".

Valérie Pécresse n’a pas répondu à la demande des délégués concernant les vacataires et les moniteurs. Sur les échelons des maîtres de conférences nommés entre 2006 et 2008 par contre, la ministre a estimé qu’ils étaient environ 2000 et s’est dite prête à trouver une solution.

Un chantier sur les formations technologiques courtes (BTS)
La ministre a annoncé au syndicat sa volonté d'ouvrir la discussion sur les formations technologiques courtes, en particulier les BTS. Sur la masterisation, la ministre a déclaré que l'inscription en IUFM vaudrait inscription en M1 (conformément à l’engagement pris en juin dernier par Xavier Darcos). Mais "sur les dispositions définitives, malgré le rappel de la volonté de dialogue du gouvernement, elle est restée sur ses positions, en particulier sur l’admissibilité en M2" indique le syndicat.

En conclusion, la délégation SGEN CFDT a jugé la rencontre "un peu décevante, la ministre se réfugiant derrière les futures échéances électorales pour maintenir le statu quo et revenant sans cesse au "bon" budget des universités pour régler les problèmes pendants".

Concrètement, la situation de tension qui prévalait avant les vacances ne s'est pas atténuée avec le temps. Il faudra attndre la rentrée universitaire pour voir l'état de la mobilisation. Mais le Sgen-CFDT annonce déjà qu'il "continuera de porter ses revendications sur les nécessaires améliorations de la loi LRU". Sur la formation des maîtres il continue à affirmer "la nécessité d’une réelle formation professionnelle et revendiquera un recrutement à la fin de la licence, seul moyen d’ouvrir socialement le vivier des futurs enseignants".

En ce moment sur les sites de LYonenFrance :

Commentaires

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :
Booking.com

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

Arêtes de poisson : un espion italien éclaire l'un des mystères de Lyon

C'est sans doute l'une des énigmes les plus difficiles à résoudre de l'Histoire de Lyon : des galeries souterraines ont été mises à jour sur près de deux kilomètres. Mais rien ni personne n'avait été jusqu'ici capable de donner une explication à la construction de ces tunnels en forme d'arêtes de poissons qui courent du plateau de la Croix Rousse jusqu'au Rhône.
Une équipe de chercheurs, anthropologues et archéologues du service d'archéologie préventive de la ville de Lyon s'est attelée durant plusieurs mois à un long travail de cartographie de ce réseau. Il s'agissait pour une part de prévenir les éboulements en cas de nouveaux chantiers (en particulier le percement du deuxième tunnel sous la Croix Rousse). D'autre part, l'équipe d'historiens devait tenter de dater la construction et d'en comprendre la signification.
M.A.J 01/2018: une visite des fameuses "arêtes" par une équipe de France3 Un réseau mystérieux pour leque…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…