Accéder au contenu principal

Ligue des Champions / Fiorentina-OL : les lyonnais du stade des Alpes aux transalpins…

L’Olympique Lyonnais se déplace ce mardi 24 novembre 2009 à Florence pour le compte de la 5ème journée de Ligue des Champions. L’objectif est clair pour les lyonnais : compléter leur qualification, déjà acquise, d’une première place du groupe. Pour cela, une victoire au Stade Artemio Franchi suffirait à leur bonheur.

Mais la Fiorentina, elle, doit impérativement gagner pour être sûre de disputer les 1/8èmes de finale (Liverpool peut encore se qualifier à ses dépends). Un match difficile en perspective pour l’OL, face à une Viola intraitable à domicile en Coupe d’Europe.

La Fiorentina fait carton plein à domicile en Ligue des Champions.
Vainqueur de Liverpool (2-0) lors de la deuxième journée, puis de Debrecen le 4 novembre dernier (5-2), la Viola a fait carton plein à domicile depuis le début des qualificatifs. Elle peut même devenir leader du groupe ce soir si elle remporte son troisième match à domicile, contre l’OL. Un objectif très important pour le club italien, qui ne veut pas avoir de mauvaise surprise, lors du dernier match à Anfield Road contre Liverpool. L’entraîneur de la Viola, Cesare Prandelli le disait d’ailleurs hier en conférence de presse : «Contre Lyon, le match le plus important de la saison et pour la suite, il nous faudra bien jouer tant au niveau tactique que mental ». Le coach italien sait que l’OL offre un tout autre visage en Ligue des Champions, et que la rencontre sera rude. Il s’appuie aussi sur le souvenir du match de la saison dernière, où les lyonnais étaient repartis d’Italie avec les 3 points de la victoire contre la Fio (2-1). L’a priori est donc favorable à l’OL, et confirmé par la victoire de ce même OL en septembre dernier, à Gerland (1-0, but de Pjanic).

L’OL avait réussi la saison dernière l’un de ses matchs les plus accomplis pour l’emporter à Florence.
La victoire lyonnaise à Florence la saison dernière reste encore en travers de la gorge des supporters italiens. C’est en effet celle qui avait qualifié l’OL et relégué l’équipe Florentine en Coupe UEFA. Et ce scénario, même si les équipes ne sont pas dans la même configuration, est susceptible de se reproduire si l’OL bat la Fiorentina et si dans le même temps Liverpool bat Debrecen (la qualification entre les Anglais et les Italiens se jouerait alors au dernier match). C’est donc une rencontre avec un réel enjeu qui attend les deux équipes ; lyonnais pour s’assurer la première place du groupe (et ainsi écoper d’un adversaire de prétendu moins gros calibre au tirage au sort, puis recevoir celui-ci à domicile lors du match retour des 1/8ème, avantage non négligeable), et florentins pour s’assurer définitivement la qualification.

Mais l’OL, s’il veut rééditer sa performance de la saison dernière, va devoir élever considérablement son niveau de jeu. A commencer par oublier la déconvenue grenobloise, pour se concentrer totalement sur ce match là. «C'est vrai qu'en Championnat, nous prenons beaucoup de buts et c'est inquiétant, mais je suis moins inquiet en Coupe d'Europe, une compétition totalement différente, car nous sommes toujours plus concentrés, plus agressifs » expliquait Cris à la presse. Pas d’inquiétude majeure donc, l’OL devrait jouer ce soir avec une toute autre intention que celle qui était la sienne samedi. Mais la rencontre, d’un côté comme de l’autre, ne sera pas facile, car en cette période pré-hivernale, les organismes commencent à souffrir et les absents à se manifester en nombre.

Lyon et la Fiorentina privés de leurs joueurs cadres.
L’OL se déplacera ce soir en Italie sans une grande partie de sa défense. Amputé de son côté droit (Réveillère et Clerc étant absents), c’est Gassama qui devrait débuter la rencontre. Toulalan et Bodmer également absents, Boumsong devrait reformer son duo aperçu samedi dernier avec Cris en charnière centrale. Cissokho, ménagé ce week-end en prévision de ce match, devrait sans grande surprise occuper le côté gauche. Au milieu, Makoun et Källström seront logiquement associés à Ederson ou à Pjanic (le brésilien ayant été décevant à Grenoble), et accompagnés sur les côtés par Govou et Källström.
Enfin devant, Puel aura le choix entre associer sa paire d’attaquants Lisandro-Gomis directement au coup d’envoi, ou faire souffler l’argentin par Bastos, après ses 90 minutes au Stade des Alpes.

Les italiens privés d'attaquants
La Fiorentina, elle, sera privée de ses attaquants Adrian Mutu et Alessandro Gamberini, pendant que Stevan Jovetic est incertain. Pas mal d’absents donc, qui devraient alors modifier les tactiques et laisser des espaces supplémentaires. C’est un peu le paradoxe, des absents pour plus de spectacle. Et le spectacle, n’en doutons pas, il y en aura ce soir.

C’est donc un nouveau duel footballistique qui attend et oppose la France et l’Italie ce soir. Match chaud en perspective, entre deux clubs qui n’ont pas brillé dans leurs championnats respectifs ce week-end (la Fiorentina à perdu chez elle contre Parme (3-2), et l’OL n’a pu faire mieux qu’1-1 sur la pelouse du dernier de Ligue 1, Grenoble). Derrière ce match se cache aussi le destin d’une autre équipe ; Liverpool, à travers Rafaël Benitez, aimerait que l’OL lui donne un petit coup de pouce en battant la Fiorentina. Mais la victoire de l’OL à Gerland en septembre dernier n’avait pas été facile, les lyonnais ne prenant l’avantage véritablement qu’à 11 contre 10, avec l’expulsion de Gilardino.
Enfin, le danger côté lyonnais serait de confondre jeu et enjeu. Car quoi qu’il arrive, les hommes de Caude Puel seront qualifiés. Quoi qu’il se passe, ils disputeront, une nouvelle fois, les 1/8èmes de finale de Ligue des Champions. Mais pour quel tirage ? Face à quelle équipe ? Elle est là, la véritable question.

Abonnez vous à nos comptes Twitter et Facebook pour suivre le but à but...

Commentaires

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :
Booking.com

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

Arêtes de poisson : un espion italien éclaire l'un des mystères de Lyon

C'est sans doute l'une des énigmes les plus difficiles à résoudre de l'Histoire de Lyon : des galeries souterraines ont été mises à jour sur près de deux kilomètres. Mais rien ni personne n'avait été jusqu'ici capable de donner une explication à la construction de ces tunnels en forme d'arêtes de poissons qui courent du plateau de la Croix Rousse jusqu'au Rhône.
Une équipe de chercheurs, anthropologues et archéologues du service d'archéologie préventive de la ville de Lyon s'est attelée durant plusieurs mois à un long travail de cartographie de ce réseau. Il s'agissait pour une part de prévenir les éboulements en cas de nouveaux chantiers (en particulier le percement du deuxième tunnel sous la Croix Rousse). D'autre part, l'équipe d'historiens devait tenter de dater la construction et d'en comprendre la signification.
M.A.J 01/2018: une visite des fameuses "arêtes" par une équipe de France3 Un réseau mystérieux pour leque…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…