Accéder au contenu principal

Le plus recherché...

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Lyon, la présentation du budget court-circuitée par l'OL land

Les journalistes s'attendaient à une conférence de presse un brin ennuyeuse, sur les données chiffrées du budget 2010 de la ville de Lyon. Mais son organisation a coïncidé avec la décision des juges de la Cour administrative d'appel d'annuler la révision du Plan local d'Urbanisme dans le dossier "OL land". Ils ont donc trouvé un Gérard Collomb (maire de Lyon et Président du Grand Lyon) "remonté comme une pendule" qui, avec force moulinets, a tenté le difficile exercice de donner lecture du jugement qu'il conteste tout en déclarant qu'il "ne commenterait pas une décision de justice".
Les juges mettent en cause le "manque d'information des conseillers communautaires au moment du vote". Ce qui fait s'étrangler le président du Grand Lyon qui, articles de presse en main, montre combien le débat était rude et l'information "diffuse" au moment du vote des élus communautaires. Mais la Cour estime que cette décision du 9 juillet 2007 sur la révision du Plan local d’urbanisme de Décines était en quelque sorte "noyée" au milieu de dossiers moins importants et ne présentait pas concrètement la relation entre cette révision et la création du Grand stade.
Gérard Collomb, qui assure vouloir faire casser cette décision en Conseil d'Etat, a tout de même indiqué que la procédure de concertation reprendrait à zéro, mais que "celà ne retardera en rien les autres actions en cours pour le Grand Stade".
Une opposition à l'OL land de plus en plus structurée
Si au départ, les opposants à la création d'un Grand stade à Décines paraissaient peu nombreux et plutôt mal organisés, il n'en est plus du tout de même aujourd'hui. Les Verts, pourtant alliés de la majorité au Grand Lyon, sont fermement opposés à ce projet qu'ils jugent totalement anti-écologique, comme l'a souligné Cécile Duflot lors de son passage à Lyon (voir l'article de LYon-Actualités). Et parmi eux, Etienne Tête n'a pas mis longtemps à mettre ses talents procéduriers (il fut à l'origine de la chute de Michel Noir puis de Charles Millon) pour chercher la faille dans un dossier qu'il rejette absolument. Il l'a même déclamé récemment sous forme de "slam" dans un meeting d'Europe Ecologie !
Au cours de sa Conférence de Presse, Gérard Collomb a demandé à des Présidents de groupes politiques du Grand Lyon d'indiquer "qu'ils ont voté en connaissance de cause"
Des dissensions parmi les socialistes
La décision de la Cour tombe à un moment particulièrement difficile pour Gérard Collomb puisque la campagne électorale pour les élections régionales a tendance à polariser les positions. Si l'UMP ne paraît pas tout à fait unie sur ce dossier, les écologistes pourraient en faire l'un des points de divergence avec les socialistes. Gérard Collomb doit aussi compter avec une fronde dans son propre camp : alors que le journal Libération révélait récemment qu'n "kit de défense du Grand stade" avait été envoyé aux militants du PS, la Maire socialiste du premier Arrondissement elle-même, Nathalie Perrin-Gilbert, s'est publiquement félicitée de cette "décision du Conseil d'Etat" (sic).
La plupart des opposants au Grand Stade milite pour un maintien de l'Olympique Lyonnais à Gerland, arguant du fait que ce stade est accessible en métro et relié à tous les moyens de transport. Pour les opposants, le projet d’OL LAND est une "incongruité" du fait de son éloignement, du "gaspillage des finances publiques" rendu nécessaire par toute la procédure d'expropriation, de mise en conformité des accès, des stationnements et des abords. "Tout celà pour un projet privé" lié au sport-business, rappellent-t-ils en coeur.
Le budget 2010 présenté sobrement par Richard Brumm
Après avoir abordé ce dossier "lourd" de la politique locale, l'adjoint chargé des finances, Richard Brumm, a assuré la deuxième partie de cette conférence de presse pour présenter le budget 2010 de la ville de Lyon. Un exercice marqué par le rétrécissement des recettes (chute de près de 18% des droits de mutation) et donc la "maîtrise" des dépenses de fonctionnement, en particulier dans les salaires payés par la ville. La direction des relations internationales ayant été transférée au Grand Lyon et les choix s'étant portés sur l'éducation, la culture et le contrôle des stationnements, tous les autres secteurs devront se serrer la ceinture. Richard Brumm a indiqué que pour financer ses investissements, prévus et annoncés durant la campagne, la Ville constituera des réserves et réduira considérablement sa dette.
Les lyonnais commencent à rembourser en 2010 l'Emprunt de Raymond Barre
Allusion à la politique nationale, Gérard Collomb n'a pas manqué de faire remarquer que "tout grand emprunt doit être remboursé un jour ou l'autre". C'est ainsi que les lyonnais commenceront à payer en 2010 l'emprunt que Raymond Barre avait contracté au début de son mandat.
Les projets financés en 2010
Comme annoncé, la plupart des projets financés par la ville sur ce budget seront d'ordre culturel : rétrospective Ben au Musée d'Art contemporain, ouverture de la Bibliothèque de la Duchère, mise en conformité de bâtiments accueillant du public comme l'Auditorium Maurice Ravel.
La ville ouvrira aussi de nouvelles places dans les crêches et un gros budget d'investissement (103,6M€) ira à l'éducation : ouverture d'un groupe scolaire à la Buire, création de selfs service dans des cantines... La plupart des arrondissements sont "servis" par des projets : le premier arrondissement n'est pas oublié puisque la ville y financera "le jardin du Clos St Benoît".
Gilles Roman

BlogBang



En ce moment sur les sites de LYonenFrance :

Commentaires

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Abonnez vous !


Nous écrire
Mentions légales
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance
- 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés .


Commandez vos produits culturels dans la boutique LYFtv (Livraison à domicile) :



Vous êtes le

ème
visiteur