Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Réhabilitation de Louis Renault : François Fillon exprime sa "sensibilité"

Le Premier Ministre François Fillon vient de faire part de sa "sensibilité" aux  réflexions du député communiste du Rhône André Gérin concernant une émission diffusée dans le journal de France 2 le 2 mars 2011, relative au comportement de Louis RENAULT durant la Seconde Guerre mondiale. "Vous considérez qu'il s 'agit là d'une tentative inacceptable de réhabilitation", écrit le Premier Ministre à André Gérin dans un courrier que celui-ci vient de rendre public... "Je mesure pleinement la sensibilité qui entoure les questions de mémoire. J'ai donc transmis vos observations au Président de France Télévisions, responsable de la programmation, en lui demandant de bien vouloir évaluer vos critiques et d'y apporter tous les éclaircissements nécessaires."


Photo @Wikipedia
"Une entreprise de réhabilitation des dirigeants du haut patronat français sous l'Occupation bafouant la vérité historique."
Dans un premier courrier, le député du Rhône avait mis en cause  le Journal Télévisé de 20 heures de David Pujadas du 2 mars 2011 dans lequel la chaîne publique France 2 présentait un dossier intitulé «Louis Renault a-t-il collaboré avec l’Allemagne nazie ? »
Ce reportage participait, selon André Gérin, d'une tentative de réhabilitation de Louis Renault, initiée par ses héritiers afin d'obtenir une indemnisation du préjudice matériel et moral causé par la nationalisation de l'entreprise prononcée à la Libération. Leur demande s’appuie sur l’instauration, depuis mars 2010, de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) qui permet de contester devant le juge constitutionnel une disposition législative.

Pour André Gérin, "nous sommes face à une tentative inacceptable de réécriture de l’histoire, qui constitue un outrage à la mémoire de tous les patriotes morts pour la France, de tous les salariés de Renault arrêtés, torturés, fusillés pour faits de Résistance à l’intérieur comme à l’extérieur. L’engagement de Louis Renault avant la guerre aux côtés des ligues factieuses antirépublicaines repose sur des faits établis, de même que sa collaboration avec l’Allemagne nazie sous l’occupation."

Le 16 janvier 1945, Charles de Gaulle, avec le soutien de toutes les forces politiques et patriotiques de la Libération précisait dans l’exposé des motifs de l’ordonnance instituant la nationalisation des usines Renault :  "alors que les livraisons fournies par la société Renault à l’armée française s’étaient montrées notoirement insuffisantes pendant les années qui ont précédé la guerre, les prestations à l’armée allemande ont, durant l’occupation, été particulièrement importantes."
De fait, au lendemain de la Libération de Paris, en septembre 1944, Louis Renault a été arrêté et emprisonné sous l’accusation de collaboration avec l’ennemi.
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)
----------------------------

Commentaires

Articles les plus consultés :