Accéder au contenu principal

Presse : un Progrès plus petit... mais plus musclé !

le progrès de lyon
Le siège du Progrès à la Confluence
Photo @LYonenFrance
« Votre journal change, ça va vous changer !», c’est par ce slogan que Le Progrès et son directeur Pierre Fanneau, plus conquérant que jamais, comptent séduire les lecteurs avec le mini-tabloïd qui sort le 5 octobre 2011 en kiosque... Les distributeurs et les annonceurs seraient déjà conquis !

"C’est la première fois que l’on fait un changement aussi radical. Nous y travaillons depuis 3 ans", explique Pierre Fanneau enthousiaste en présentant la maquette. Il y a deux innovations : le format et l’organisation en deux cahiers, un blanc, un rose… Le premier cahier tout en couleur concerne les actualités (Monde, France, Région, Lyon) et les Locales. Le second intitulé  Informations services est un cahier rose de 24 pages qui s’encarte dans le premier. Véritable guide pratique, il regroupe toutes les informations utiles au quotidien : Enquête, Conseils juridiques, Agenda, Bloc note, Carnet du jour, Petites annonces, Courses hippiques, Bourse, Sorties, Loisirs, Programme Télé, Détente, Jeux… Le tout décliné par bassin de vie et par commune dans les 16 éditions locales. 

Le même format que le gratuit Lyon Plus, édité par le groupe...
Pierre Fanneau (Directeur général)
et Xavier Antoyé (Rédacteur en Chef)
photo® Dominique Largeron
"Pour la taille, nous avons choisi pour format, celui de Lyon Plus  pour ne pas changer de rotatives, c'est la moitié du quotidien actuel. Il y a bien sût un risque de confusion, mais la maquette et le contenu diffèrent".
Outre le format, tout est revu… La couleur (tout est en quadrichromie), la pagination (60 ou 64 pages), l’organisation, la ventilation des rubriques, l’actualité, le cahier Informations-Services, l’accent mis sur les Actualités et les Locales. Comme avant, le journal s’accompagne des cahiers hebdomadaires : Sports le Lundi, Economie le Mardi, Week end le Jeudi…. Idem, pour les numéros thématiques, évènementiels…

"L’ambition de ce Progrès au format revu, moderne et tout en couleur, c’est d’être local, actuel, pratique et surtout dynamique. Ceci pour être plus attirant pour les lecteurs… comme pour les investisseurs !" ajoute Pierre Fanneau..."On veut faire du Progrès un journal de référence en région et en France... et le placer dans les premiers pour devenir incontournable. Pour cela, la carte du cross Média  est un atout en combinant « Le Progrès », le gratuit lyonnais « Lyon Plus »,  et le site Internet. Le croisement des trois donne au journal et à l’information un écho plus fort dans le paysage médiatique français".
Technologie, information, format, multi-diffusion, partout l’accent est mis sur la modernité. La prochaine étape sera le développement de versions spécifiques pour smartphones…

Un nouveau journal pour les lecteurs…
Avec le nouveau format, la rédaction évolue aussi. "Deux grands axes stratégiques sont privilégiés", poursuit Xavier Antoyé, Redacteur en chef. "D’une part, l’information (organisation, classement, rubrique), D’autre part, l’accès (practicité, clarté, facilité de lecture…)". Pour la Une comme pour les cahiers du journal, le petit format exige de revoir toute l’organisation. Cela permet de mieux structurer les rubriques, classer les informations page par page : Monde, France, Lyon et sa Région, Communes… Tous les sujets ressortent : Fait du jour, Politique-Economie, Forum (Vous avez la parole…), Evènements, Faits divers-Société… 
Les articles se veulent plus dynamiques, moins institutionnels. Ils sont plus courts, multi-anglés avec des encadrés pour faciliter la lecture. Une place nouvelle est faite aux personnalités de tous horizons, aux acteurs de la région, aux hommes, aux femmes, aux jeunes qui y vivent. "Pour faire ce métier il faut aimer les gens et le leur montrer", précise Xavier Antoyé. Il y aura plus de photos, d’interviews, d’enquêtes, de portraits…. 
En cela, la multiplication des correspondants joue un rôle clé. Pour monter en puissance, un programme de formation lourd est prévu pour les journalistes. "On est dans un processus de construction à tout niveau. Stratégie, rédaction, enquête de terrain, commercial, marketing, communication, rien n’est oublié". L’information prend une place centrale, les enquêtes de terrain aussi. La proximité, les Locales qui sont le point fort du Progrès, sont une priorité. Là aussi le petit format est un atout. Chaque bassin de vie, chaque commune peut avoir une page dédiée, plus claire, pratique, accessible.

... Et les annonceurs
Tout comme les lecteurs, les annonceurs ont une place privilégiée dans ce journal. L’organisation page par page met en relief les annonces. L’impact des publicités est plus grand grâce à la quadrichromie. La visibilité aussi. "De part la taille des pages, l’efficacité croit de 2,8% à 5,4% pour un surcoût de 10% seulement ! Les investisseurs, les annonceurs ont tout de suite été séduits".

Marie-Françoise VILLARD 
(villard@adeli.biz)


Lancement le 5 octobre 2011
Côté tarif, malgré l’investissement : le prix par abonnement ou par numéro reste inchangé : 90cts. Lors du lancement, les abonnés pourront parrainer des abonnements-découvertes de 4 mois à des tarifs promotionnels pour l’adresser aux personnes de leur choix.
" Le 25 septembre, 250 000 exemplaires seront imprimés sur ce nouveau format pour le faire découvrir aux lecteurs". ajoute Jean-Claude Lassalle, Directeur délégué à la Valorisation des Marques. S’y ajoute pour le lancement une grande campagne de communication dans 12 salons et sur les média : radios locales (NRJ, RCF…), télévision (France 3), journaux, soirées du Progrès, panneaux urbains, bus... Budget : 200000 €. Tout sera relayé sur le web 2.0, les réseaux sociaux, Facebook, You Tube… Bref, une stratégie ambitieuse pour donner au Progrès, né il y a 150 ans à Lyon, un relief nouveau dans le paysage médiatique français.
M.F.V.

Commentaires

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

A Lyon, une ONG propose des soins dentaires et ophtalmologiques gratuits

Créée à Lyon en octobre 1995, France humanitaire a pour objet de réunir tous moyens et compétences pour aider les populations en difficulté en France et à l’étranger .


Les pathologies dentaires et ophtalmologiques, parce qu’elles atteignent directement l’apparence extérieure, représentent souvent un obstacle majeur àl’insertion sociale et professionnelle.

Cette atteinte amplifie la perte de confiance en soi, la désespérance, et transforme le regard des autres en une épreuve qui amplifie encore la tendance de la population concernée à s’exclure elle-même de tout dispositif. Parce que l’absence de soins est souvent l’une des premières étapes de la spirale de l’exclusion, cette organisation participe à l’accès aux soins des personnes les plus démunies, essentiellement dans les domaines dentaires et ophtalmologiques, grâce à une équipe de 400 bénévoles qui interviennent en France et à l’étranger.
A LYON un cabinet ophtalmologique a été installé, au siège de la délégation. Les consultatio…

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…