Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Carré de Soie à Vaulx en Velin : un programme de "haute couture urbaine"

La société Bouwfonds Marignan a finalement réalisé une très bonne opération avec le rachat des anciennes usines TASE, emblématiques de Vaulx en Velin. Après de nombreuses années de polémique qui ont retardé la mise en chantier (une association de riverains a obtenu l'inscription au patrimoine national de la façade des usines), les travaux viennent de commencer et 66 premiers appartements ont été prévendus en un week-end à un prix d'appel de 2800€ le mètre carré ! 
George Lini, le directeur commercial régional de Bouwfonds Marignan, se montrait très satisfait le 20 octobre 2011 en posant avec le Président du Grand Lyon Gérard Collomb la première pierre de ce projet immobilier. Il avait même invité les représentants des associations pour les féliciter de leur ténacité et les remercier d'avoir défendu "l'esprit des lieux". 

La  ZAC (Zone d'Aménagement Concertée) du Carré de Soie

Bernard Génin,
Maire de Vaulx en Velin
Le Maire de Vaulx en Velin, Bernard Génin, s'est lui aussi montré très satisfait par le développement de ce projet "qui montre qu'il se passe de belles choses dans l'Est lyonnais". Il est vrai que l'investissement de Bouwfonds Marignan s'inscrit dans un programme beaucoup plus vaste de la communauté urbaine du Grand Lyon, baptisé "Carré de Soie".
Tout a commencé il y a plusieurs années par l'installation d'un "noeud multimodal" (métro, tramway, rhônexpress...) et la construction d'un centre commercial par la société Altaréa. Installé à proximité du pôle de loisirs, de l'hippodrome de Villeurbanne et du Canal de Jonage, ce nouveau centre urbain  marque "la poussée vers l'Est du Grand Lyon" indique Gérard Collomb qui se présente comme un adepte du PPP (Partenariat Public/Privé) : "un Euro investi par la collectivité attire en moyenne six euros des entreprises privées"

Une première période de 2009 à 2014 vise à poursuivre la dynamique engagée autour de quelques grandes opérations d’habitat et de développement économique qui permettront d’accueillir 400 logements soit 1000 habitants supplémentaires et 35 000 m² de bureaux (1400 emplois).
Une deuxième période, après 2014 constitue la véritable phase de développement du projet. La multiplication des programmes publics et privés devrait permettre la construction d’un morceau de ville à part entière avec à terme 600 000 m² de logements soit 20 000 habitants et 500 000 m² d’activités, essentiellement tertiaires, soit 20 000 salariés supplémentaires.

Une école des arts du cirque
De grandes entreprises liées à l'environnement comme Veolia ont déjà annoncé leur implantation sur la zone.  Le Grand Lyon voudrait aussi convaincre les entrepreneurs du secteur du cirque d'investir avec par exemple l'installation d'un cirque permanent et d'une école des arts du cirque.
L'ensemble du projet sera évidemment accompagné d'investissements publics et privés (gymnase, écoles, équipements de quartiers, commerces de proximité...) liés au développement du quartier et à l'augmentation de la population. Dès aujourd'hui, la biennale d'art contemporain a établi ses quartiers dans les anciennes usines.
Gérard Collomb ne manque d'ailleurs pas de faire le parallèle avec le développement du quartier de la Confluence, qui avait été marqué lui aussi par l'installation de la BAC dans les anciennes usines de la Sucrière, aujourd'hui rénovée.
Gilles Roman
(redaction@LYonenFrance.com)

Commentaires

Articles les plus consultés :