Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Investissements du Qatar dans les banlieues : "du sur mesure fiscal" selon Marianne2.fr

Nicolas Sarkozy remet la
 Légion d’honneur
au Cheikh Hamad Al Thani  -
Photo 
@Marianne2.fr 
Le Président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne a réagi de manière plutôt ironique à l'annonce de la création par  l'Emirat du Qatar d'un fonds de 50 millions d'euros (qui pourra être abondé) destiné à "soutenir les projets portés par des entrepreneurs issus des banlieues françaises".
"Je ne sais pas si le Qatar désirera investir dans la banlieue de Bourg en Bresse", s'est amusé Jean Jack Queyranne. Le Maire de la ville en question n'est autre que Jean-François Débat, le Vice Président chargé des finances de la Région Rhône-Alpes, qui bataillait cette semaine pour boucler un budget  de crise dans un contexte de désengagement de l'Etat. Et justement, celui-ci a estimé que "l'arrivée de ces financements pour le moins originaux n'est que la traduction du vide abyssal laissé par le gouvernement, qui a totalement abandonné ses projets dans les banlieues"...

Du Football au "fonds banlieues", le Qatar s'intéresse beaucoup à la France
Mais pourquoi donc l'Emirat du Golfe s'intéresse-t-il tant à investir dans l'hexagone ? L'hebdomadaire Marianne souffle cette semaine quelques réponses dans un article intitulé "La France, un paradis fiscal pour résidents Qataris"... : Après le rachat du Paris-Saint-Germain et des droits télévisés de la Ligue 1 et de la Ligue des champions  (au détriment de la chaîne française Canal plus), le Qatar a donc décidé d'investir dans les banlieues françaises. Mais il faut savoir que la France a signé avec le Qatar en 1990 un type de convention fiscale très avantageuse, en général plutôt réservée aux pays frontaliers, pour les résidents et investisseurs qataris en France.
Révisée (par Nicolas Sarkozy) en 2008 après l'intervention des émissaires qataris dans la libération des infirmières bulgares détenues en Libye, cette convention permet entre autres aux résidents qataris de payer moins d'ISF... "Du sur mesure fiscal qui explique bien des investissements qataris récents", assure Marianne.
"Il est des niches fiscales auxquelles le gouvernement est plus pressé de s’attaquer qu’à d’autres", ironise l'hebdomadaire, ajoutant que le Ministère des Finances n'a aucunement l'intention de remettre en cause ce statut fiscal d’exception... Un rapport du Sénat préciserait même que les qataris ont demandé d'exclure expressément "toute possibilité d’imposition extra-territoriale des dividendes" et que les citoyens du Qatar résidant en France ont un régime fiscal particulier en ce qui concerne l'ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune). 
Pas d'inquiétude pour "l'association des élus locaux de la diversité"
Kamel Hamza, président de l'Association nationale des élus locaux de la diversité (Aneld), a une autre vision : "des élus français, issus de banlieues parisiennes et marseillaises, ont  été reçus à leur demande mi-novembre par le cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, pour aboutir finalement à la création de ce fonds, a-t-il expliqué à la presse. Dans la pratique, quatre experts seront nommés à l'ambassade pour recevoir les entrepreneurs et évaluer leurs projets. "Ce qu'ils souhaitent, ce sont des projets sérieux et crédibles dans le temps. Il ne s'agit pas de mécénat, ils veulent des projets gagnant-gagnant." 
Toujours est-t-il que, selon les médias, le fonds sera directement géré par le Qatar... Il s'agirait "de créer un pont entre le Qatar et la France et tirer partie des pépites qui sont dans ces quartiers".
Pour aller plus loin, lire sur Slate.fr : "Comment le Qatar s'achète la France... et sa classe politique ! " -
Gilles Roman

Commentaires

Articles les plus consultés :