Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



OL : Attaqué par Aulas, l'international brésilien Michel Bastos "préfère partir"

bastos+aulas
Michel Bastos a réagi sur twitter aux
 propos de
Jean-Michel Aulas
Incroyable ! (...)  On avait entrevu les prémisses de tensions à l’OL lorsque Jean-Michel Aulas avait balancé un premier pavé, il y a deux jours, en déclarant dans une interview pour le site officiel du club : “Un certain nombre de joueurs ne nous ont pas donné satisfaction. Ils vont nous quitter ou seront placés sur la liste des transferts. La saison dernière certains ont eu des manques vis-à-vis du coach, de l’institution. Tout ceci a pu générer des conflits. J’estime que sur le papier on avait les moyens de faire mieux"
Dans le quotidien lyonnais Le Progrès, le Président de l’OL a précisé un peu plus sa pensée. "La saison dernière, un certain nombre de joueurs ont pourri le vestiaire. Ils n’ont pas joué le jeu alors qu’il y avait de la place pour gagner le titre et la Coupe de la ligue. Il y a eu une pression néfaste des pharaons ou des dinosaures de vestiaires. Je ne veux plus de ça. J’ai vraiment en travers les matches à Nicosie, à Caen, à Valenciennes, en finale de la coupe de la Ligue. Je l’ai dit aux joueurs avant le départ pour Tignes, et je crois que je n’ai pas été flou. Maintenant, je mets les valeurs des joueurs avant le palmarès passé". 
Cris, Källström, Cissokho et Bastos visés 
Mais au-delà d’une humeur générale, l’heure semble venue pour le Président lyonnais de régler ses comptes avec certains joueurs, et ils sont au nombre de quatre : Cris, Källström, Cissokho et Bastos. Le vétéran brésilien semble cristalliser le plus de rancoeur de la part de son Président. "Cris ne peut plus rester avec nous, déclare-t-il. S’il s’en va, on aura un plan B qui peut très bien venir du Brésil. Claude Puel avait fait resigner Cris car il le craignait. Pour Rémi la saison a été très délicate avec Cris. Le duo Koné-Lovren n’a pas trouvé ses marques car Cris a freiné leur évolution". Même sentence pour Källström, dont les bonnes performances avec la Suède lors du dernier Euro ont passablement agacées JMA. "J’ai vu un très bon Källström à l’Euro 2012, et je n’ai pas vu du tout le même avec nous la saison dernière. On aurait pu le transférer l’hiver dernier, on a attendu, là on va voir". 
Aly Cissokho est quant à lui expédié en une phrase hors de l’OL : "Il paraît qu’Aly Cissokho a changé d’agent et que ça va aller mieux, alors il va partir, et le petit Dabo sera avec nous".
Enfin, le brésilien Michel Bastos en prend lui aussi pour son grade. "Bastos, lui, est un cas d’école. Mais à deux ans d’un mondial au Brésil, il va aller beaucoup mieux, croyez-moi". Des propos qui ont immédiatement fait réagir l’ancien lillois sur le deuxième réseau social mondial. 
L'international brésilien réagit sur Twitter 
Visiblement heurté et touché par les propos de son Président, Michel Bastos, qui souhaitait poursuivre son bail entre Rhône et Saône, a fait savoir que son départ était maintenant inévitable. "Je suis triste de voir de tels commentaires sur moi. Je n’ai jamais eu de problèmes dans toutes les équipes où je suis passé. Je respecte beaucoup mon club et je suis triste de tout cela. Si je pose des problèmes, je préfère partir pour ne plus en causer". Des rumeurs crédibles l’annoncent du côté de l’Italie. De son côté, le “boss” de l’OL a tenu quand même à se montrer optimiste, en évoquant le groupe dont disposera Rémi Garde cette saison. "Nos contours ne sont pas flous, je veux un vestiaire de 23 ou 24 joueurs, un vestiaire rafraîchissant, ce que nous aurions dû avoir la saison dernière. On y parviendra et nous aurons un groupe jeune, ambitieux et de qualité". Premier test pour ce nouveau groupe qui se profile : le Trophée des Champions, face à Montpellier. Une victoire permettrait au club de remporter un 17e titre depuis 2001… et de démarrer la saison 2012/2013 sous de meilleurs hospices.
Mikhaël Defoly

Commentaires

Articles les plus consultés :