Accéder au contenu principal

Journées du Patrimoine : un nouveau succès dans la métropole lyonnaise


De nouveau cette année, le public s’est fortement mobilisé tout au long du week-­‐end pour les Journées européennes du patrimoine afin de découvrir les offres de cette édition, riche en nouveautés. Architecture contemporaine, nouvelles technologies, mémoire de l’immigration, nouveaux équipements culturels et nouvelles façon d’habiter, grands projets urbains…: lors de cette 32ème édition, la Métropole de Lyon et le Pôle métropolitain ont révélé au public, parmi les créations d’aujourd’hui, ce qui fera notre patrimoine de demain autour du thème « Le patrimoine du XXIème siècle, une histoire d’avenir »
Enthousiasme et curiosité pour le futur patrimoine
Musée Confluences Lyon
 En accueillant plus de 17 000 personnes, le Musée des Confluences, symbole de l’architecture du XXIème siècle, a battu tous les records de fréquentation. D’autres offres plus insolites et toutes aussi symboliques ont passionné le public. De petite capacité d’accueil, la station-­‐service Jean Prouvé a pu recevoir 140 visiteurs. Grâce à son architecture atypique et à ses visites théâtralisées, le théâtre Pata’Dôme d’Irigny a, quant à lui, suscité un véritable engouement en accueillant 540 personnes. Enfin, l’Eglise Saint Thomas de Vaulx-­‐en-­‐Velin a su attirer plus de 70 visiteurs, désireux de découvrir la seule église construite au XXIème siècle en France. 
Comment la ville s’est-­‐elle progressivement transformée ? 
En réponse à cette question, les grands projets d’aménagement et de requalification urbains réalisés ces 15 dernières années ont mobilisé les visiteurs. En effet, la Maison du projet SPL Lyon Part-­‐Dieu et ses diverses visites et animations pour présenter le projet urbain a attiré un grand public en accueillant 472 visiteurs. 400 personnes ont pu découvrir ou redécouvrir le quartier de la Confluence en participant au jeu de piste « l’Odyssée de l’avenir », et le circuit « Le Mas Stocke » a permis à 400 visiteurs de parcourir le quartier du Mas du Taureau à Vaulx-­‐en-­‐Velin
Complet dès l’annonce de sa participation, laTourIncity a été victime de son succès, et ce sont 350 personnes qui ont eu la chance d’admirer lepanoramadeLyondepuisle36èmeétage. Ce fut également le cas pour d’autres premières participations. A l’occasion de ses 150 ans, le magasin Le Printemps ouvrait exceptionnellement ses coulisses au public, une visite inédite qui a profité à 170 personnes. 
Patrimoine et nouvelles technologies ont fait leur chemin : les visites et ateliers proposés par la plateforme Youfactory ont été très rapidement remplis. 1 650 personnes ont participé aux animations du service archéologique à l’Amphithéâtre des Trois Gaules et ont observé une démonstration de vol de drone. 
Le public s’est également interrogé sur la mémoire du monde ouvrier ou de l’immigration : ils étaient 250 visiteurs à venir découvrir le Rize et profiter des derniers jours de son exposition « Et ils sont où les ouvriers ? ». 3 350 personnes ont participé aux offres de l’Auditorium et découvert «Métrophonie», la bande sonore de la Métropole réalisée en partenariat avec l’Auditorium – Orchestre national de Lyon ; certains ont pu jouer les chefs d’orchestre grâce à l’installation interactive dans la salle Proton. 500 participants se sont prêtés au jeu en décrochant le téléphone de la cabine installée spécialement sur le parvis de l’Auditorium ou de celles encore en service sur le territoire de la Métropole. Tout au long du week-­‐end, Métrophonie a résonné dans les villes partenaires : près de 300 personnes ont découvert la bande sonore lors d’un concert donné à Tassin-­‐la-­‐Demi-­‐Lune, et 200 personnes ont pu en profiter dans différents lieux de diffusion à Givors. Les sites et balades incontournables toujours plébiscités Emblématiques du patrimoine industriel, la Centrale hydroélectrique de Cusset et l’Usine des eaux de Caluire font véritablement partie des sites coups de coeur du public et affichaient déjà complets avant le début du week-­‐end, en accueillant respectivement 920 et 650 visiteurs. 
Le public a cherché à profiter des éclaircies en participant fortement aux visites guidées et aux croisières proposées par l’Office du Tourisme, ainsi qu’aux balades urbaines organisées par les Musées Gadagne. Comme chaque année, les monuments et les institutions culturelles du centre historique de Lyon ont trouvé leur public, occasionnant de nombreuses files d’attente. Ainsi, 12 600 visiteurs se sont rendus à l’Hôtel de Ville, 10 500 se sont pressés au Musée des Beaux-­‐Arts, tandis qu’ils étaient 6 000 aux Musées Gadagne et 6 500 à l’Opéra de Lyon
Le succès renouvelé des Journées européennes du patrimoine dans la Métropole de Lyon et sur le territoire du Pôle métropolitain est dû une fois encore à la forte mobilisation des acteurs publics, privés et associatifs autour de cette manifestation : ce sont près de 525 conseils de quartier, associations, propriétaires privés, entreprises, artisans ou services culturels qui proposaient un programme de 660 animations dans 400 sites répartis sur l’ensemble du territoire. 
Le guide « C’est arrivé demain ! Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir”, conçu et édité par le Pôle métropolitain, invite à prolonger l’expérience, au-­‐delà des offres proposées lors des Journées européennes du patrimoine sur les territoires de la Métropole de Lyon et du Pôle métropolitain (Saint-­‐Etienne Métropole, Viennagglo, CAPI Portes de l’Isère). Cet ouvrage vient enrichir la collection créée dans le cadre de la coopération métropolitaine invitant à explorer selon différentes approches thématiques le patrimoine des territoires qui composent le Pôle métropolitain, et est disponible dans les offices du tourisme de la Métropole de Lyon, de Saint-­‐Étienne Métropole, de Vienne et de Bourgoin-­‐Jallieu.

La sélection vidéo de LYFtv-Lyon (abonnez vous) :

Actuellement sur LYFtvNews :



Posts les plus consultés de ce blog

Urgences dentaires et services de garde à Lyon

Vous êtes très nombreux à vous connecter par les moteurs de recherche sur la requête "urgence dentaire à Lyon".  Nous vous proposons donc quelques informationsque nous vous invitons à mettre à jour en fonction de vos connaissances.

D'après le Conseil Départemental du Rhône des chirurgiens dentistes, "les urgences dentaires qui sont des suites de soins, sont en général prises en charge par le praticien traitant". Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous adresser, depuis le 20 septembre 2010, au Service des Urgences Odontologiques (dentaires) qui a déménagé de l'Hôtel Dieu à l'Hôpital Edouard Herriot.  L'adresse de ce service d'urgence est au Pavillon A de l’Hôpital, 5 place d’Arsonval, Métro Grange Blanche.
Service de garde Le conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes du Rhône organise un service de garde sur la ville de Lyon, pour faire face aux urgences dentaires. Ce service concerne les dimanches et jours fériés de 9h00 à 11…

People : Siben, le marocain qui cause bien des Sushis !

Siben N'Ser annonce d'emblée la couleur : "Nous avons inventé, dès 1998, le concept et le métier...  C'était à Paris dans le XVIème arrondissement et tous ceux qui ont voulu nous copier se sont cassé les dents... Nous gagnons d'ailleurs de nombreux procès en contrefaçon !". 
Il est vrai que, si la mode des sushis bat son plein, l'idée de décliner cette forme de restauration "à clientèle essentiellement féminine" est plutôt récente en France. "En matière de propriété intellectuelle, une recette ne se dépose pas, mais nous veillons à ce que les formes, le packaging, l'organisation ne soient pas copiés", insiste ce commerçant aux très grandes ambitions. Paris, Ibiza, Miami, Bali...et Lyon Planet Sushi a donc un temps d'avance sur ses concurrents, et ses propriétaires comptent le mettre à profit pour "décliner le concept", d'abord en interne puis en développant un réseau de franchise dans le monde entier !
Abonnez vous …

Eviter les embouteillages ! les statistiques qui anticipent les heures de pointes sur les départs en vacances :

INRIX(*)  a analysé l'impact des départs en vacances sur les routes françaises et localisé les points chauds de l'été pour aider les voyageurs à éviter les embouteillages. Selon les archives collectées pendant de nombreuses années, l'analyse établit des projections sur les encombrements à venir pendant cette période particulière. La société publie les données d'encombrement sous la forme d'un "Indice de retard INRIX", qui mesure les retards dus aux encombrements par rapport à des conditions de circulation normales. Ainsi, un indice de 20 représente une augmentation de 20% des temps de trajet, soit 6 minutes supplémentaires sur un trajet régulier de 30 minutes. Dernier week-end de juillet
Les graphiques ci-dessous montrent comment les courbes de trafic ont évolué au cours des derniers vendredi et samedi de juillet l'an dernier dans certaines métropoles. La circulation dans Paris intra-muros semble baisser le vendredi soir après un pic de 4…

A Lyon, une ONG propose des soins dentaires et ophtalmologiques gratuits

Créée à Lyon en octobre 1995, France humanitaire a pour objet de réunir tous moyens et compétences pour aider les populations en difficulté en France et à l’étranger .


Les pathologies dentaires et ophtalmologiques, parce qu’elles atteignent directement l’apparence extérieure, représentent souvent un obstacle majeur àl’insertion sociale et professionnelle.

Cette atteinte amplifie la perte de confiance en soi, la désespérance, et transforme le regard des autres en une épreuve qui amplifie encore la tendance de la population concernée à s’exclure elle-même de tout dispositif. Parce que l’absence de soins est souvent l’une des premières étapes de la spirale de l’exclusion, cette organisation participe à l’accès aux soins des personnes les plus démunies, essentiellement dans les domaines dentaires et ophtalmologiques, grâce à une équipe de 400 bénévoles qui interviennent en France et à l’étranger.
A LYON un cabinet ophtalmologique a été installé, au siège de la délégation. Les consultatio…

A Lyon, un juge est mort...

"Juge Renaud, j'aurai ta peau". Cette phrase, criée en septembre 1974, en plein tribunal, par le truand Alain Benjelloun, pouvait paraître prémonitoire. Mais lorsque le 3 juillet 1975 les tueurs s'avancent vers le magistrat, Benjelloun est à la prison Saint-Paul de Lyon, tout comme le "parrain" du gang des lyonnais Edmond Vidal ou le "cerveau" Pierre Pourrat, qui lui est pensionnaire de la maison d'arrêt de Valence.

Quant à Fernand Recchia, un ferrailleur millionnaire aux très hautes protections, impliqué dans "l'affaire des fausses factures", il est incarcéré depuis le 19 juin pour utilisation frauduleuse d'un duplicata de permis de conduire. Un alibi en béton. C'est qu'il en avait des ennemis, le juge François Renaud ! Celui que les truands, les journalistes et le Comité d'Action des Prisonniers appelaient "le Shériff" était de tous les dossiers explosifs. François Colcombet, fondateur et premier prés…